Chemin st jacques randonnée infos
Chemin de Compostelle,  Randonnée

🌸 FAQ Compostelle 🌸

On me pose régulièrement les mêmes questions sur le Chemin de Compostelle (GR 65 et Camino Frances), en terme de matériel, de budget, de logistique ou d’itinéraire. J’ai donc décidé de répondre à toutes vos questions dans cet article spécial « F.A.Q. ».

🌸 Mon chemin : Je suis partie pendant environ 3 mois sur le Chemin de Compostelle, du 16 Mai au 4 Aout 2018, depuis le Puy en Velay en France à Saint-Jacques de Compostelle (puis Fisterra) en Espagne. J’ai emprunté la Via Podiensis aussi appelée GR 65 puis, à partir de Saint-Jean Pied de Port, le Camino Frances.

🌸 Logistique du départ : Pour arriver au Puy en Velay j’ai fait du co-voiturage. J’ai dormi ma première nuit à l’auberge de jeunesse de la ville, car je ne connaissais pas alors les accueils pour pèlerin. Si c’était à refaire, j’irais probablement au gîte donativo Relais du Pèlerin de St Jacques, dont on m’a grandement parlé !

🌸 Logistique du retour : Depuis Fisterra et Muxia, de nombreux bus vous ramèneront à St-Jacques de Compostelle. De là, j’ai décidé de rentrer en France en bus, car je ne souhaitais pas prendre l’avion et survoler en 2 heures ce que j’ai parcouru en 3 mois…

🌸 Le matériel : Je suis partie avec un sac à dos de 40 litres, qui pesait environ 6,5 kg, matériel de bivouac inclus. Il faut compter que j’avais de l’eau et de la nourriture en plus sur moi (environ 3 kg). 👉 Ma liste de matériel complète est disponible ici !

Et pour tout savoir, j’ai écrit un article complet sur le sujet, avec ce qu’il y avait dans mon sac à dos au départ puis à l’arrivée. J’ai également réalisé une première vidéo avant mon départ dans laquelle je déballe tout mon sac, et une seconde vidéo à mon retour, qui fait le point sur ce qui a changé dans mon sac au cours du chemin !

🌸 Ma trousse de toilette minimaliste : J’ai écrit un article détaillé sur l’intégralité de ma trousse de toilette 100% naturelle et minimaliste avec laquelle je suis partie sur le Chemin.

🌸 La trousse des premiers soins : Étant donné que l’on trouve très régulièrement des pharmacies sur le chemin, il n’est pas très utile de s’encombrer avec une grosse trousse de premiers soins sur le chemin. Pour ma part je n’avais que le strict nécessaire: désinfectant, pansements pour ampoules, paire de petits ciseaux, compresses, bande et aspirine en cas de douleur. Certains pèlerins emmènent également de la crème anti-frottement pour éviter les ampoules, du baume du tigre ou des huiles essentielles.

🌸 Les vêtements : Je suis partie en ne prenant que deux tenues de rechange, que je faisais en permanence tourner (chaque soir je lavais ma tenue et la faisais sécher dans la journée sur mon sac à dos). Et j’avais également une tenue de plus (tee-shirt, legging et paire de sandales), que je me servais pour le soir et les nuits.

🌸 Le matériel vidéo : J’ai réalisé tout au long de mon chemin des vidéos VLOG (visible ici !). Pour les réaliser, j’ai emmené du matériel spécifique que je vous présente dans cet article !

🌸 Le Budget : J’ai réalisé une vidéo (pour la voir c’est ici) vous détaillant mon Budget sur 3 mois de chemin, en alternant bivouac et dortoir en gîte et en cuisinant la plupart du temps mes repas.

🌸 La Crédentiale : Ce « carnet du pèlerin » n’est pas obligatoire, mais il est recommandé pour pouvoir être accepté dans certains gîtes pour pèlerins. De plus, il vous permettra d’obtenir la Compostela une fois arrivé à Saint-Jacques de Compostelle (les tampons apposés sur votre Crédentiale au fil du chemin attestent de votre pèlerinage). Si vous souhaitez tout savoir sur la crédentiale (où l’acheter, combien elle coûte, où la faire tamponner…), je vous explique tout dans cet article.

🌸 La coquille Saint-Jacques : Symbole du pèlerin par excellence, il est d’usage d’accrocher une coquille à son sac à dos. C’est une manière de s’identifier aux yeux des gens et de signifier que l’on fait partie de la grande famille des pèlerins en route vers Compostelle. En partant, je n’ai pas ressenti le besoin de m’en procurer une. Sur le chemin, j’ai hésité à l’acheter, et puis j’ai décidé de me tenir à la tradition d’époque qui consiste à aller chercher sa coquille au bout du chemin, pour la ramener chez soi.

🌸 Le parcours, les kilomètres, les guides… : J’ai emprunté le GR 65 en France du Puy en Velay à Saint-Jean Pied de Port, puis le Camino Frances en Espagne jusque Compostelle puis Fisterra et Muxia. Cela représente approximativement 1600 kilomètres de marche, pendant 3 mois. Concernant le guide, j’avais l’application Miam miam dodo sur mon téléphone pour la première partie du GR65, mais elle n’a pas fonctionné sur mon téléphone, du coup je n’avais aucun guide sur moi. Mais je n’ai pas ressenti la nécessité de m’en procurer un, sachant que le sentier est très bien balisé en France comme en Espagne.

👉 Et pour en savoir plus sur mes étapes, voici le récit complet de mon aventure dans cet article !

🌸 Préparation physique : Mon départ s’étant fait assez rapidement, je n’ai pas vraiment eu le temps de me préparer physiquement, que ce soit à porter mon sac, ni à faire un entrainement sportif. Dans l’ensemble, si on fait de la randonnée ou d’autres activités de temps à autres, l’entrainement intensif avant de partir n’est pas indispensable. J’ai rencontré quelques douleurs au début de mon chemin parce que j’ai voulu faire de trop grosses étapes. J’ai donc décidé de m’adapter et d’avancer à mon rythme (avec des petites étapes). Après ça, mon corps s’est habitué et il me réclamait de marcher tous les jours !

👉 Pour connaitre tout sur la préparation physique et psychologique avant le départ c’est dans cet article.

🌸 Le logement : Ayant choisi de partir avec mon matériel de bivouac sur le dos, j’ai pu être complètement autonome en terme de logement sur le chemin. Je pouvais ainsi vraiment m’arrêter et dormir là où je le voulais. Toutefois, sur la Via Podiensis comme sur le Camino Frances les auberges et gîtes sont très nombreux et il est vraiment facile de trouver de quoi se loger à chaque étape.

👉 Pour vous aider à choisir entre gite ou bivouac sur Compostelle, c’est dans cet article !

En France, il est possible de réserver à l’avance les gîtes et ainsi planifier son itinéraire. Néanmoins, les gîtes sont nombreux et il n’est pas obligatoire de réserver à l’avance. Cela vous laissera plus de flexibilité dans votre marche, au jour le jour. Personnellement, j’avais vraiment envie de vivre le chemin de manière spontanée et de partir le matin sans savoir où je dormirais le soir. Je n’ai donc jamais réservé un seul gîte et cela ne m’a jamais posé aucun problème (je n’ai jamais eu de problème de place, même en arrivant parfois tard dans l’après-midi).

En Espagne, il n’est généralement pas possible de réserver les logements et c’est toujours le premier arrivé qui est le premier servi. Mais même si les gîtes les moins chers sont souvent vite remplis, il y a toujours plus d’offre que de demande et on trouve toujours un lit pour la nuit. Je pense que la « course à l’auberge » n’est donc pas tellement justifiée, et dénature un peu la démarche du chemin…

🌸 L’eau : On trouve très régulièrement des points d’eau potable, tout au long du Chemin. Vous vous demandez quel contenant choisir, comment transporter votre eau dans votre sac à dos, où trouver l’eau et comment la traiter si besoin ? Je réponds à toutes ces questions dans cet article ici !

🌸 La nourriture : L’offre est très variée, et on trouve donc un grand choix d’options pour se nourrir sur le chemin, selon ce que l’on recherche. Certains gîtes proposent la « demi-pension Â», qui inclus le repas du soir et le repas du matin. On trouve aussi de très nombreux restaurants, cafés ou boulangeries tout au long du chemin pour se restaurer matin, midi et soir. En revanche, il est un peu plus compliqué de trouver tous les jours des petites épiceries pour acheter de la nourriture à se cuisiner. Cela demandera donc un peu plus de prévisions. Attention aussi à tirer de l’argent en quantité suffisantes dans les villes, car dans de nombreux petits villages les cartes bancaires ne sont pas acceptées.

🌸 La religion : L’importance de la religion chrétienne sur le Chemin ne se fait plus vraiment ressentir aujourd’hui. Il appartient donc à chacun de faire son chemin, ou non, dans la foi Chrétienne : on peut choisir d’assister aux offices religieux, de loger dans les lieux religieux (couvents, abbayes…), de marcher en récitant des prières… A l’extrême inverse, il est tout à fait possible de faire le chemin sans même entrer dans une seule église (bien que ce serait tout de même dommage vu que le chemin est, historiquement, un chemin chrétien et qu’on y trouve des édifices splendides).

Voilà j’espère que ce petit article aura répondu à vos interrogations… Et si vous avez d’autres questions auxquelles je ne réponds pas ici, n’hésitez pas à me les poser en commentaire, je serais ravie d’y répondre !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *