GR 65 Voie du puy religion
Chemin de Compostelle,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Faut-il être croyant pour faire Compostelle ?

Certaines personnes déclarent la mort de la spiritualité sur le chemin de Compostelle. Si le mot est un peu fort, il est pourtant vrai que Compostelle est devenu un sentier de randonnée quelque peu touristique où le bruit, les hébergements aseptisés et les boutiques attrape-pèlerin s’entassent le long du chemin.

Alors, quelle est aujourd’hui la place de la religion sur ce pèlerinage ? Est-ce qu’on peut s’y sentir à sa place en tant que non-catholique ? Et que faut-il savoir pour ne pas commettre d’impair ?

N’étant pas catholique, ces questionnements, je les ai eu avant de partir. Et puis, j’ai marché du Puy en Velay jusque Saint-Jacques de Compostelle pendant 3 mois, et petit à petit, j’ai compris que ma place sur ce Chemin était tout à fait légitime. Je vous raconte tout cela dans cet article !

Quelle importance a la religion sur le Chemin de Compostelle ?

Le pèlerinage vers St-Jacques-de-Compostelle, avec celui vers Rome et celui vers Jérusalem, est un des trois grands de la religion catholique. Ce chemin, et l’expérience de ce pèlerinage, a donc une grande importance pour certains croyants.

Mais aujourd’hui, une partie des personnes qui marchent vers Compostelle n’est pas poussé par la foi ou la quête de spiritualité. L’importance de la religion chrétienne ne se fait plus autant ressentir. Il n’y a donc aucun problème à ne pas être croyant, ni aucune obligation à dormir dans des lieux religieux ou à effectuer certains rituels.

Il appartient à chacun de faire son chemin, ou non, dans la foi chrétienne : on peut choisir d’assister aux offices, de passer des nuits dans les lieux religieux, de marcher en récitant des prières…

Il est même tout à fait possible de faire le chemin sans entrer dans une seule église. De mon point de vue, je trouverais cela dommage étant donné que le chemin reste, historiquement, un chemin chrétien, et qu’on y trouve des édifices splendides.

On peut donc déplorer un certain « manque de spiritualité » sur le chemin, notamment sur le Camino Francès qui s’est énormément « démocratisé ». Le succès du chemin et le nombre de pèlerin toujours croissant a inévitablement attiré des commerçants n’ayant pour objectif que de faire des bénéfices.

Peut-on accéder aux lieux et cérémonies religieux, lorsqu’on n’est pas chrétien ?

Je ne suis pas catholique (pas même baptisée), et je ne suis vraiment pas partie sur Compostelle pour la religion en tant que telle. Néanmoins, je suis bien partie sur ce chemin dans la foi, et j’ai tenu à assister à certaines messes, à dormir dans des accueils chrétiens ou encore à prier dans les églises.

Étant néanmoins partie dans un démarche spirituelle, ce chemin possède un héritage religieux qu’il était important pour moi de suivre. Sur Compostelle, il est donc possible d’entrer dans les lieux religieux comme bon nous semble, et sans qu’il nous soi demandé quoi que ce soit.

Personnellement j’avais envie de participer à certaines cérémonies religieuses, surtout en France (car après en Espagne, c’était plus compliqué pour moi de suivre la messe en espagnol ou je ne comprenais pas tout). Mais on ne m’a jamais refusé l’entrée dans un édifice religieux parce que je n’étais pas de confession catholique.

Y a-t-il des impairs sont à éviter ?

Lorsque j’étais plus jeune et qu’il m’arrivait d’assister à une cérémonie religieuse, j’avais toujours peur de commettre des impairs qui me feraient « manquer de respect » à la religion.

En grandissant, j’ai compris qu’en commettant involontairement des « erreurs » dans les rituels, on ne pouvait pas me le reprocher puisque je le faisais sans le savoir. Toutefois, lorsque j’assiste aujourd’hui à une cérémonie, je préfère ne pas prendre part à certains rituels, plutôt que de mal le faire. J’entre donc dans les églises sans faire de signe de croix. De même, je ne communie jamais, je ne récite pas les prières que je ne connais pas…cela me paraitrait plus offensant de le faire juste pour prétendre, et sans aucune intention derrière.

Concernant la tenue vestimentaire à respecter lorsqu’on entre dans un édifice chrétien, il est vrai qu’il y a généralement certaines règles à respecter : couvrir ses épaules, ne pas porter de vêtements trop court…

Mais sur le Chemin de Compostelle, je pense qu’il existe une certaine tolérance vis-à-vis de la tenue des pèlerins. En effet, on marche parfois sous la chaleur, avec des shorts courts ou des débardeurs sans manches. A défaut d’avoir de quoi me couvrir, je me suis permise d’entrer dans des édifices religieux malgré ma tenue. On ne m’a jamais demandé de quitter un lieu pour cela. Je pense que, tant que je n’avais pas une tenue volontairement outrancière, cela ne posait pas de problème.

Il en est de même concernant le gros sac à dos et les bâtons que l’on transporte. Au début, je ne savais pas quoi en faire et j’avais l’impression que cela pouvait gêner d’entrer dans un lieu sacré avec tout mon barda. Il m’arrivait donc de tout laisser à l’extérieur des églises dans les villages où il n’y avait personne. Mais après qu’on m’ait raconté que des pèlerins ayant fait la même chose que moi s’étaient fait voler leurs sac à dos au complet, j’ai finalement décidé de toujours garder mon sac avec moi. Soit je le déposais à l’entrée (surtout dans les petites églises), soit je le prenais avec moi et le posais à côté du banc ou je me recueillais.

Camino Frances espagne religion

Mon expérience personnelle

Voici quelques unes des cérémonies et rituels religieux auxquels j’ai tenu à assister :

  • Bénédiction des pèlerins à la Cathédrale Notre-Dame du Puy en Velay
  • Accueil Sainte-Foy du Prieuré des Prémontrés de Conques
  • Lavement des pieds des pèlerins à l’église de Lascabannes
  • Messe et bénédiction des pèlerins à la Real Colegiata de Santa Maria, à Roncevaux
  • Messe du pèlerin et Botafumeiro à la Cathédrale Saint-Jacques de Compostelle

Je précise ici qu’il est tout à fait possible de marcher sur le Chemin de Compostelle sans entrer dans les édifices religieux, ni dormir dans des accueils pèlerins chrétiens. Rappelez-vous que c’est votre chemin et qu’il vous appartient de le faire tel que vous l’entendez.

Accueil religieux et hospitalité chrétienne

Refuge paroissial, chambre dans un couvent, accueil dans une famille chrétienne, il existe différents hébergements religieux à offrir hospitalité aux pèlerins sur les chemin de Compostelle (bien qu’ils soient néanmoins peu nombreux, comparé aux autres types d’hébergement).

J’ai personnellement fait le choix de passer plusieurs nuits dans des accueils religieux. Le fait de ne pas être moi-même de confession catholique ne posait en aucun cas un problème, et j’ai retrouvé dans ces hébergements les valeurs de l’hospitalité et du partage.

Il m’est arrivé uniquement à deux reprises de ne pas me sentir « à ma place » dans un accueil religieux. Je ne souhaite pas, avec cet article, pointer du doigt qui que ce soit. C’est pour cette raison que je ne donnerais pas le nom des établissements où je ne me suis pas sentie à l’aise du fait que je n’étais pas catholique.

Tout ce que je peux dire, c’est que pour éviter de se retrouver à passer une soirée et une nuit dans un lieu où on ressent un malaise, il peut être utile de discuter un peu avec les personnes qui vous accueillent, avant de demander un lit. Toutefois, comme je l’ai dit plus haut, cela ne m’est arrivé que 2 petites fois de ressentir cela, ce qui n’est rien comparé à toute la convivialité et les bons moments que j’ai pu partager dans de nombreux autres accueils religieux.

Si vous avez envie d’en savoir plus, je raconte dans cette vidéo tournée en chemin comment je ne me suis pas sentie à ma place dans un accueil religieux sur le Camino Francés, et que j’ai préféré ne pas y passer la nuit (c’est vers la fin de la vidéo) :


Pour finir, je me permettrais de terminer cet article en précisant que certains historiens émettent l’hypothèse qu’avant de devenir un pèlerinage chrétien jusqu’au tombeau de Saint-Jacques de Compostelle, il existait déjà un ancien pèlerinage païen qui empruntait cette même route jusque Fisterra. Ce chemin est donc bel et bien empreint d’une énergie spirituelle, évidemment liée à la religion chrétienne, mais peut-être pas uniquement.

Voilà donc mon expérience, en tant que non initiée au catholicisme, sur le sujet de la religion et de la spiritualité sur ce chemin merveilleux. J’espère que cet article vous permettra de vous préparer à ce pèlerinage si celui-ci vous appelle, et ce, même sans être chrétien.

Et pour lire plus d’article pour préparer votre pèlerinage, c’est ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *