Randonnée gr 70 Stevenson
Équipement & Préparation,  Randonnée

Se préparer pour le Chemin de Stevenson

Le Chemin de Stevenson, aussi appelé GR 70, s’étend du Puy en Velay en Haute-Loire jusque Alès dans le Gard, sur environ 250 kilomètres. Le tracé du chemin suit les pas de l’écrivain Robert Louis Stevenson, qui a traversé les Cévennes avec son ânesse Modestine au début du 19ème siècle, et en a écris un roman, intitulé « Voyage avec un âne dans les Cévennes ».

Si j’avais lu ce livre il y a déjà quelques années de cela, je n’avais encore jamais passé le pas de me lancer dans cette aventure. C’est donc fin Septembre, à la même période que Robert Louis Stevenson à l’époque, que je suis partie sur ce chemin, non pas avec un âne, mais en compagnie de trois amis.

Équipement à prévoir

Mon sac à dos au total, sans les consommable (ni eau, ni nourriture) était à environ 7 kilos. La liste détaillée de son contenu est disponible ici.

Je suis partie avec mon équipement habituel, à la différence que j’ai pris mes chaussures de randonnées basses, plutôt que mes sandales de randonnées. Je pense que pour ce chemin il est indispensable d’avoir une bonne paire de chaussures. En effet, certains passage, et notamment dans les Cévennes est plus technique et nécessite une paire de chaussure adapté à un parcours de basse montagne (le Mont Lozère culmine à 1700 mètre d’altitude).

D’autre part, j’ai pris de quoi me couvrir un peu plus, notamment avec des gants et une paire de chaussettes chaudes pour la nuit. Et pour en savoir plus sur le matériel que j’utilise en saison automnale / hivernale, je vous invite à lire cet article : Mon matériel d’hiver sur le Chemin de Compostelle.

Je suis également partie avec mon équipement pour faire du bivouac sur le chemin. Mon matériel a été le même que d’habitude, avec mon tarp. Pour connaitre le détail de mon campement c’est ici : mon matériel de bivouac.

Toutefois, les températures étant plus basses à cette période de l’année et le chemin étant tout de même en altitude à certains moment (environ 1300 mètres), il était impératif d’avoir un bon sac de couchage pour dormir convenablement dehors ! J’ai donc pris un gros sac de couchage avec une température de confort 5°C.

Nourriture et ravitaillement

La logistique du Chemin de Stevenson est très bien faite. Ce chemin étant assez fréquenté, il y a beaucoup d’installations mises en places pour les marcheurs.

Le chemin traverse très régulièrement des petites villes où vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour manger ou acheter de la nourriture. De même, on trouve des pharmacie et autres commerces assez facilement. Il est toutefois nécessaire de se renseigner et de s’organiser car les villages sont parfois assez éloignés les uns des autres. De plus, avec le contexte sanitaire actuel, certains gîte et auberges ne proposent plus de service de restauration. Il est donc impératif de se ravitailler dans les villes où cela est possible.

Il en est de même concernant les points d’eau potables. Ceux-ci sont réguliers, et très bien indiqués. On trouve également des sources d’eau « non contrôlée » à certains endroits. Dans la journée, je ne remplissais en général ma poche à eau d’un litre uniquement.

chemin de randonnée boire eau

Hébergement

J’ai été positivement étonnée de trouver une offre d’hébergements importante et variée sur le Chemin de Stevenson.

S’il n’existe pas de gîte en donativo comme sur le Chemin de Compostelle, il est toutefois possible de trouver des hébergements en dortoirs à prix raisonnables (environ 15€ la nuit). Très souvent, la cuisine est mise à disposition, ce qui permet de réduire également les coûts en cuisinant ses propres repas. Les chambres d’hôtes sont également nombreuses, et proposent une demi-pension (repas du soir et petit-déjeuner inclus) dans les alentours de 40€ par personne.

Étant partie avec la tente sur le dos, je n’ai réservé aucun hébergement à l’avance afin de pouvoir être flexible et vivre le chemin de manière spontanée. Toutefois, comme c’était la fin de saison et que certains hébergements étaient déjà fermés, il a été nécessaire, lorsque nous voulions assurer une place dans un hébergement (notamment les jours de pluie), de réserver le matin pour le soir.

Balisage et guide

Le chemin de Stevenson étant un Chemin de Randonnée (le GR70), il est entièrement balisé comme tous les GR, par la Fédération Française de Randonnée. Il peut donc se faire dans les deux sens, et le balisage est très bien réalisé et entretenu. Pour apprendre à lire le balisage d’un GR je vous invite à lire cet article ici.

On trouve également à de très nombreuses reprises des panneaux indiquant le chemin à suivre, et le nombre de kilomètres jusqu’au prochain village. Il est toutefois nécessaire de faire attention à plusieurs reprises lors des intersections. En effet, le GR 70 croise à de nombreuses reprises d’autres GR et il est possible, si on est inattentif aux panneaux, de se tromper et de continuer son chemin en suivant le balisage d’un autre GR.

L’association du Chemin de Stevenson édite un petit guide du chemin, que l’on trouve, gratuitement, un peu partout sur le chemin (dans les gîtes, offices de tourisme…).

Il existe également un guide Miam Miam Dodo, ainsi qu’un Topo Guide du Chemin de Stevenson. Les deux guides sont très complets, ils répertorient les lieux de ravitaillement possible, les hébergements ainsi que les points d’eau. Ils donnent également les kilomètres et dénivelé entre chaque étape.

Personnellement je suis partie sans guide, mais nous avons pu les consulter de temps à autres le Miam miam Dodo, qui est souvent présent dans les gîtes. Cela m’a permis d’avoir quelques informations essentielles, notamment en terme d’hébergement.

Faire du bivouac sur le Chemin de Stevenson

Le Chemin de Stevenson passant à travers des régions très nature, j’ai trouvé qu’il a été très facile de trouver des lieux où poser sa tente. Je n’ai jamais rencontré de problème lorsque je cherchais à bivouaquer en fin de journée. Au contraire, il y avait même très souvent des lieux sur les bords du chemin avec un rond de feu déjà existant, signe que d’autres marcheurs se sont installés ici avant moi ! Je rappelle néanmoins que le bivouac se pratique de manière discrète et dans le respect de l’environnement dans lequel on se trouve. Pour en savoir plus sur la pratique du bivouac je vous invite à lire ma Charte d’un bivouac respectueux.

Les restrictions à respecter dans le Parc des Cévennes : le tracé du chemin de Stevenson traverse le Parc National des Cévennes. Tous les parcs de France ont des restrictions concernant le bivouac, et le feu de bois. Dans le parc des Cévennes, seules quelques zones protégées sont interdites à la pratique du bivouac. Des panneaux sont présents sur ces zones afin de vous informer de cette interdiction. Les feux, quant à eux, sont strictement interdits dans l’ensemble du parc. Pour plus d’information sur le sujet, je vous invite à lire cet article.


Et pour finir, voici une petite vidéo, dans laquelle je fais un retour d’expérience de mon aventure sur le Chemin de Stevenson ⬇

Un commentaire

  • FIGUERAS

    Salut Suzane,
    Je viens de regarder ta vidéo sur le chemin de Stevenson…Super.
    Super pour tes commentaires , super pour tes infos que tu donnes…
    Je pense partir peut être cette nnée sur ce chemin. Donc j’ai été attentif à tes conseils et si je dois partir je le
    ferai donc aux beaux jours.
    Je m’arréterai à ce refuge »la cabane Bonnal », je t’enverrai une photo.
    A+
    En éspérant te rencontrer au printemps à Perpignan.

    Bernard FIGUERAS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *