saint-jacques-rando-chemin
Chemin de Compostelle,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Préparer le Camino del Norte

Après avoir parcouru la Voie du Puy en Velay et le Camino Francès, j’avais à cœur de découvrir un autre chemin de Compostelle en Espagne. J’avais donc débuté le Camino del Norte qui longe la côte nord espagnole, jusque Bilbao. Et cette année, j’ai enfin pu me libérer assez de temps pour continuer ce chemin, jusque Saint-Jacques de Compostelle, et même Fisterra ! Je vous propose donc un article complet sur ma préparation pour cette aventure, de mon équipement au ravitaillement en passant par les étapes et le kilométrage.

Et si vous hésitez encore entre le Camino del Norte qui longe la côte et le Camino Francès à l’intérieur des terres, je vous invite à lire cet article : Camino Frances ou Camino del Norte ?

Mon équipement pour le Camino del Norte

Pour cette aventure, j’ai décidé de partir avec mon matériel de bivouac sur le dos. J’avais donc un sac à dos de 40 litres, et il pesait un peu plus de 6kg, sans les consommables, soit entre 8 et 10 kilos à plein.

L’essentiel de mon sac : Vêtements de jour (2 changes) et de nuit (1 tenue), matelas gonflable, sac de couchage 10°C, tente et sardines, popote et réchaud à gaz, trousse de toilette, trousse de pharmacie, papiers importants et clés.

Et pour connaitre l’intégralité de mon matériel de randonnée et bivouac, je vous invite à lire cet article : Mon sac à dos pour le Camino Del Norte

Itinéraire & étapes

J’ai donc repris mon chemin à partir de Bilbao, dans le Pays Basque espagnol. Si vous souhaitez connaitre les étapes de la portion d’avant (entre Irun et Bilbao), je vous invite à lire cet article : 10 jours sur le Camino del Norte : retour d’expérience.

Le Camino del Norte, est un itinéraire d’environ 830 kilomètres d’Irun à Saint-Jacques de Compostelle (en passant par Gijon). Il est également possible de passer par Oviedo, en quittant donc la côte sur presque 70 kilomètres, entre Villaviciosa et Avilès.

.

Voici donc les étapes du Camino del Norte, entre Irun et Bilbao (en passant par Gijon) :

D’Irun à Bilbao :

Irun ➡ San Sebastián (24,5 kms) ➡ Zarautz (22,3 kms) ➡ Deba (26 kms) ➡ Markina (22,8 kms) ➡ Gernika (25 kms) ➡ Lezama (21,3 kms) ➡ Bilbao (11,5 kms)

De Bilbao à Santander :

Bilbao ➡ Portugalete (19 kms) ➡ Castro Urdiales (25,7 kms) ➡ Liendo (23kms) ➡ Santoña (12,5 kms) ➡ Güemes (20,6 kms) ➡ Santander (11 kms)

De Santander à Gijón :

Santander ➡ Mogro (24 kms) ➡ Santillana del Mar (21 kms) ➡ Comillas (24 kms) ➡ Serdio (21,2 kms) ➡ Llanes (33,2 kms) ➡ Nueva (18,6 kms) ➡ Ribadesella (13,5 kms) ➡ La Isla (18kms) ➡ Villaviciosa (20,7 kms) ➡ Gijón (30 kms)

De Gijón à Santiago de Compostela :

Gijón ➡ Avilés (24 kms) ➡ Muros de Nalon (20,3 kms) ➡ Soto de Luina (16,5 kms) ➡ Cadavedo (23,5 kms) ➡ Almuna (16,6 kms) ➡ La Caridad (32 kms) ➡ Ribadeo (22 kms) ➡ Lourenza (28,8 kms) ➡ Abadín (27 kms) ➡ Vilalba (18,8 kms) ➡ Baamonde (20,6 kms) ➡ Sobrado (40,3 kms) ➡ Arca o Pino (36,6 kms) ➡ Santiago de Compostela (20,1 kms)

.

Attention, ces étapes sont données à titre indicatif, et le kilométrage est susceptible de varier. De plus, il est tout à faire possible de s’arrêter à d’autres endroits sur le Chemin et de parcourir moins (ou plus) de kilomètres par jour.

En partant de Bilbao, j’ai découvert une autre aspect du Camino del Norte. En effet, si la première partie d’Irun à Bilbao dans le Pays Basque était plus sauvage, la portion qui suit est plus asphaltée. Journées de marche dans des villes, portion sur le bord de route, passage sous autoroute…j’ai eu du mal à apprivoiser les 100 kilomètres qui séparent Bilbao de Santander. Après Santander, et jusque Oviedo, le paysage commence à changer et les chemins de terre prennent petit à petit le dessus sur le goudron.

Enfin, je vous recommande ce site très utile pour avoir plus de détail sur les étapes et l’itinéraire du Camino del Norte.

.

Orientation et guide

Le chemin est balisé tout du long de la fameuse flecha amarilla, la flèche jaune qui est la même sur tous les chemins de Compostelle en Espagne. Des bornes jalonnent aussi le chemin sur le Camino del Norte. Et en arrivant dans la région de la Galice, le kilométrage restant est même inscrit sur ces bornes.

A de nombreuses reprises sur le Camino del Norte, on se retrouve face à des variantes, et il faut alors faire un choix entre deux chemins possibles. Il peut être donc intéressant d’être équipé d’un guide pour savoir quel chemin choisir.

En ce qui concerne les guides en version papier pour le Camino del Norte, il en existe quelques uns, mais je ne connais pas leur qualité. Autrement, il existe ce guide en version PDF, que je trouve vraiment bien réalisé et qui est entièrement gratuit : Guide PDF du Camino del Norte.

Enfin, vous pouvez également utiliser des application sur le téléphone, tel que Buen Camino ou Gronze, qui sont toutes deux très pratiques et complètes. J’ai rencontré beaucoup de pèlerins qui les utilisaient, et je m’en suis également servie à quelques reprises.

Hébergement

En Espagne, il n’est pas possible de réserver à l’avance les hébergements publics. C’est toujours le premier arrivé qui est le premier servi. Les hébergements publics sont généralement les hébergements les moins cher (entre 8 et 10€ la place en dortoir). En ce qui concerne les autres hébergements, il est possible de les réserver plusieurs jours à l’avance, ou du jour pour le lendemain. Le prix de ces hébergements privés est cependant généralement un peu plus élevé (entre 15 et 20 € la place en dortoir).

En commençant mon chemin à Bilbao en plein milieu du mois d’aout, j’ai été assez étonnée de constater que la « course à l’hébergement » était assez présente sur le Camino Del Norte. Il faut dire qu’un très grand nombre d’hébergements ont fermé suite à la crise sanitaire, et que les places dans les dortoirs sont donc moins nombreuses. Et, lorsqu’on ne trouve pas de place dans un hébergement pour pèlerin, le prix des autres hébergements (notamment sur le côte Cantabrique en plein été), peut vite monter. En effet, ce sont en général des hébergements pour le tourisme balnéaire que l’on va trouver et la nuitée peut vite être chère (40-50€ la nuit) !

Je précise que j’ai surtout expérimenté cette difficulté à trouver des hébergements peu coûteux en Cantabrie, et aussi parce que c’était en plein mois d’Aout. Plus j’avançais sur le chemin et moins j’ai ressenti cette « course à l’hébergement ». De mon côté, ayant ma tente sur le dos, je n’ai pas tellement été impacté par le problème puisque je pouvais toujours faire du bivouac. Mais j’ai vraiment ressenti que c’était une préoccupation pour certains pèlerins, et je me suis aussi retrouvée à plusieurs reprises devant des hébergements fermés.

Et si vous vous posez la question concernant votre hébergement sur le Chemin de Compostelle, je vous invite à lire cet article : Gîte, donativo, camping…où dormir sur le Chemin de Compostelle ?

.

Ravitaillement en eau et en nourriture

On trouve très régulièrement des points d’eau potable, tout au long du Camino del Norte. Dans les villes et villages on trouve des fontaines et robinets publics. On trouve également des points d’eau (et même des douches) sur le bord de la plupart des plages, que ce soit dans le Pays basque, la Cantabrie ou les Asturies. Entre les villes et villages cependant, le ravitaillement se fait plus rare. Pensez donc bien à remplir vos contenants dès que vous voyez un point d’eau.

En terme de quantité, je recommande d’avoir des contenants pour transporter entre 1,5 et 2 litres minimum. Surtout si vous partez en saison estivale, où il est important de bien s’hydrater !

Et si vous demandez quel contenant choisir, comment transporter votre eau dans votre sac à dos et où trouver l’eau, je réponds à toutes ces questions dans cet article ici !

Concernant la nourriture, l’offre est très variée, et on trouve donc un grand choix d’options pour se nourrir sur le chemin. Certains gîtes proposent la « demi-pension », qui inclus le repas du soir et le repas du matin. On trouve aussi de très nombreux restaurants et cafés tout au long du chemin pour se restaurer matin, midi et soir. Il est également possible de trouver presque tous les jours des petites épiceries pour acheter de la nourriture à se cuisiner. Si vous ne souhaitez jamais manger dans les cafés ou restaurants, le mieux est donc de se ravitailler pour 2 jours, afin d’être sûr d’avoir de quoi faire.

Attention aussi à tirer de l’argent en quantité suffisante dans les villes, car dans de nombreux petits villages les cartes bancaires ne sont pas acceptées.

.

Faire du bivouac sur le Camino del Norte

Il est possible de partir avec sa tente et tout son matériel de bivouac sur le Camino Del Norte. Comment s’y prendre pour bivouaquer sur ce chemin ? Quel matériel utiliser ? Où installer son campement ? Vous trouverez les réponses à ces questions dans cet article complet sur le sujet : Faire du bivouac sur le Camino Del Norte

Logistique de départ et de retour

Pour rejoindre le Camino del Norte, j’ai personnellement dû rejoindre Bordeaux en train, puis Bilbao (mon point de départ pour cette fois) en bus. Il y a plusieurs bus par jours jusque Bilbao.

Je n’ai pas planifié d’avance mon retour car je voulais me laisser libre d’avancer à mon rythme sur le chemin. J’ai donc réservé mon bus de retour une fois arrivée à Saint-Jacques de Compostelle. J’ai trouvé un itinéraire avec 2 bus consécutifs pour rejoindre Bordeaux en France. Puis, j’ai pu rejoindre chez moi en train.

Lorsqu’on opte pour les transports en commun (bus, train, covoiturage…), il faut prévoir au moins une journée complète (voir parfois deux) pour rejoindre son point de départ et pour rentrer chez soi après. C’est long, mais personnellement, je me dis que cela fait partie intégrante du voyage.

Autrement, il est possible de regarder les avions, notamment pour le retour. Il y a en effet un gros aéroport qui dessert des villes françaises à Saint-Jacques de Compostelle.

.

Voilà j’espère que cet article vous aidera dans votre préparation pour partir sur le Camino Del Norte !

Enfin, si vous vous demandez comment vous préparer sur le plan physique, mais aussi psychologique, pour une telle aventure, je vous invite à lire cet article : Comment se préparer pour Compostelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *