camping camino frances randonnée belle étoile
Bivouac,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Mon matériel de bivouac

Si j’avais déjà présenté mon équipement complet pour mon départ sur le Chemin de Compostelle, je n’avais pas encore détaillé mon matériel spécifique pour le bivouac. Il existe différentes manières de pratiquer le bivouac, et surtout différents modules de couchage : hamac, belle étoile, tente, tarp

Dans cet article, je vais donc présenter mes différents modes de bivouac, que j’ai pu utiliser au fil de mes différentes randonnées.

Mon module de couchage avec tarp

Le tarp est sans doute mon matériel préféré pour le bivouac. C’est une sorte de bâche que l’on va installer pour se faire un abris sommaire pour la nuit. On peut aussi réaliser cet abris avec son poncho de pluie, j’ai d’ailleurs testé cela dans cette vidéo.

Souvent, pour gagner du poids dans le sac à dos, le tarp est fixé avec ses bâtons de marche et des sardines. Dans mon cas, je n’utilise pas à proprement parler une bâche, mais la toile (sans la moustiquaire intérieure) de la tente Stealth 1.5 de chez Trekkertent. La toile est très légère (environ 450 grammes) et contrairement à une simple bâche, est complètement fermée (excepté le fond qui est ouvert). Elle est adaptée pour une personne avec de la place en plus pour mettre ses affaires. J’en suis super satisfaite, et cela fait plus de 4 ans que je bivouaque avec !

Pour le sol, comme on tarp est ouvert, je mets une couverture de survie réutilisable (plus épaisse qu’une couverture de survie simple, ce qui permet de faire moins facilement des trous dedans). Il est facile de s’en procurer chez Decathlon pour moins d’une dizaine d’euros. A savoir que cela peut être dangereux de mettre sa couverture de survie sous soi en cas d’orage. Pour ma part, cela ne m’est jamais arrivé et je précise que, pour ma sécurité, je ne bivouaque pas dehors si le temps est trop menaçant.

Concernant les matelas, j’aime en utiliser deux afin d’être bien isolée du sol et ne pas avoir froid : un matelas de sol très fin (170 g). Il me permet d’ajouter du confort et je m’en sert aussi dans la journée lorsque je fais une pause ou une sieste par exemple.

Par dessus, j’ajoute un matelas 3 saisons Thermarest Neoair Xlite, très compact et léger (moins de 120 g). Il a une bonne valeur isolante, et est relativement épais donc très confortable ! Par contre, son inconvénient est qu’il faut le gonfler à la bouche (bien qu’il soit considéré comme un autogonflant). Mais personnellement, je l’ai adopté depuis 4 ans et ne m’en sépare plus ! Si vous souhaitez vous le procurer, il est disponible ici.

Pour le sac de couchage, j’ai différents modèles de chez Decathlon. Sur Compostelle, étant partie à la mi-Mai, j’ai pris un sac de couchage 5°C pesant 1.3kg. Au bout de deux semaines, les températures étant clémentes la nuit, je me suis vite débarrassée de ce sac de couchage très lourd pour un 15°C qui pesait moins de 700g. En plus, j’ai toujours un drap de soie (ou sac à viande), que je glisse dans mon sac de couchage. Cela me permet de garder mon sac propre mais aussi de me rajouter quelques degrés en plus. Et puis, pour les nuits très chaudes (ce qui m’est arrivé en Espagne sur le Camino Frances), je ne dormais qu’avec le sac de soie, sans aucun sac de couchage. J’utilise depuis plusieurs années le sac de la marque Sea to Summit qui pèse moins de 150g, et est très pratique car il est fabriqué avec des élastiques, le rendant extensible lorsque je bouge dans la nuit. Ce sac de soie est disponible ici.

Mon module de couchage à la belle étoile

Pour dormir en totale immersion avec la nature, et s’encombrer encore moins, il est tout à fait possible de dormir à la belle étoile.

Dans ce cas, la base du matériel est la même que pour le bivouac avec le tarp :

  • Couverture de survie au sol
  • Premier matelas de sol (en mousse fine)
  • Second matelas autogonflant
  • Sac de couchage (adapté à la température extérieure)
  • Drap de sac liner

A ce matériel, il faut ajouter un grand sac poubelle, pour y mettre le sac à dos (ou toute autre affaire) afin qu’il ne soit pas mouillé dans la nuit ou par la rosée du matin.

Si jusqu’ici je ne me suis pas servie d’un sursac (à mettre par-dessus son sac de couchage), je pense que cela peut être utile. Le sursac permet de garder bien au sec son sac de couchage lorsque les nuits sont humides, et donc de ne pas avoir froid.


Et pour finir, je vous présente mes 3 modules de couchages en vidéo ici ⬇


Concernant l‘hygiène en bivouac, il n’est pas toujours facile de trouver une douche chaude tous les soirs. Il faudra donc bien souvent se contenter de faire une toilette succincte pour rester propre ! Pour en savoir plus sur toutes les possibilités de lavage en bivouac c’est dans cet article : L’hygiène en bivouac : tout pour rester propre !

Concernant les repas en bivouac, on peut choisir de manger froid (pour gagner du poids dans le sac à dos) ou de manger chaud avec un réchaud.

Pour vous aider à trouver quel réchaud choisir (alcool, bois, gaz…), je vous invite à lire cet article : Quel réchaud choisir en randonnée ?

Enfin, si vous hésitez encore à prendre votre matériel de bivouac ou à dormir en gîte sur le chemin de Compostelle, je vous laisse lire cet article dans lequel je présente les avantages et inconvénients des deux ! 

2 commentaires

  • Nell Pasquier

    Bonjour,
    Je suis entrain de m’équiper pour le bivouac et j’aimerais connaitre le nom de la tente que vous utilisez en tente et tarp ? Ainsi que son poids et ses dimensions si possible.

    Bonne journée !

    • Suzanne - L'instant Vagabond

      Bonjour Nell, la réponse est dans l’article 😉 J’ai une tente Stealth 1.5 de chez trekkertent, tu peux trouver toutes les infos sur le site internet de trekkertent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *