rando-randonnée-chemin
Chemin de Compostelle,  Équipement & Préparation

Mon sac à dos pour le Camino Del Norte

Cela fait plusieurs années que je souhaitais parcourir le Camino del Norte, ce chemin qui rejoint Saint-Jacques de Compostelle par la côte nord espagnole. J’avais commencé cet itinéraire il y a maintenant 3 ans de cela, jusque Bilbao. Et cet été, enfin, j’ai pu de nouveau enfiler mon sac de randonnée sur le dos, pour arpenter ce chemin. Cette fois, j’ai en tête de pouvoir le finir en une seule fois jusqu’au bout, et peut-être même jusque Fisterra et Muxia.

J’ai décidé de partir seule pour cette aventure, et avec mon matériel de bivouac. Je vous propose donc dans cet article de faire le tour de mon équipement de randonnée et de bivouac que j’ai emmené sur le Camino del Norte.

Sac à dos

Je suis partie avec un sac à dos qui pesait au total un peu plus de 6 kg, sans l’eau et la nourriture. A plein, je porte donc entre 8 et 10 kg sur le dos.

J’étais partie avec un premier sac à dos, qui s’est avéré ne pas me convenir du tout. J’ai donc dû en changer en cours de route, dans un magasin Décathlon. C’est donc un sac à dos très simple, mais qui fera très bien l’affaire pour cette aventure ! Sa contenance est de 40 litres, c’est largement assez grand pour mon matériel, et il a des accroches au bas du sac sur lesquelles je peut installer ma tente sans problème.

Si vous hésitez sur la taille de sac à dos à emmener avec vous, je vous invite à lire cet article : Quel litrage de sac à dos choisir ?

Vêtements

Concernant les vêtements, j’ai décidé de prendre deux tenues de jour, et une tenue pour la nuit :

  • 2 paires de sous-vêtements
  • 2 paires de chaussettes
  • 2 tee-shirts et un débardeur léger
  • 1 short
  • 1 legging

En plus, j’emmène également une veste polaire et mon buff, qui peut me servir de tour de cou ou de bonnet s’il fait vraiment froid. Car, comme je fais du bivouac, les soirées et les matinées peuvent être encore fraîches, même en été.

Pour me protéger du soleil, je prends une paire de lunettes de soleil et un chapeau avec un large rebord afin de garder ma nuque à l’ombre aussi. J’utilise le chapeau de la marque Buff. Il est disponible en cliquant ici si vous le souhaitez.

En terme de chaussures, j’ai décidé de ne partir qu’avec une seule paire, afin d’alléger au maximum mon sac à dos. J’ai donc opté pour mes sandales de randonnée, les Teva Hurricane XLT2. Sur le Camino del Norte, je trouve qu’elles sont particulièrement appropriées car on marche autant sur des routes de goudron que sur des petits chemins de terre. Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à lire cet article : Marcher en sandales sur le Chemin de Compostelle.

Pour me protéger de la pluie, j’ai décidé d’opter uniquement pour un cape de pluie. C’est une cape en plastique transparent, très fine et très légère, mais aussi très fragile (elle se troue facilement). Bien qu’elle soit plus fragile, elle est très efficace et je n’ai jamais eu de soucis d’eau qui passe à travers. C’est vraiment son poids sur la balance qui m’a fait opter pour ce type de poncho (40 grammes seulement !). Pour en savoir plus sur le sujet et faire votre choix en terme de vêtements de pluie, j’ai abordé le sujet dans cet article complet : Randonner sous la pluie : bien se protéger pour rester au sec.

Enfin, j’ai emmené un maillot de bain avec moi ! Le Camino del Norte longeant la côte, il était impensable pour moi de ne pas me baigner tout au long du chemin. Si cela ne me dérange pas de me baigner en sous-vêtements, je me suis dit que cela serait tout de même plus confortable d’avoir un maillot en plus. Cela évite notamment de devoir marcher avec des sous-vêtements mouillés, et permet d’avoir une paire de change en plus.

Et si vous vous posez encore des questions sur les vêtements, vous pouvez lire cet article : Quels vêtements choisir pour Compostelle ?

Matériel de bivouac

Pour cette aventure, j’ai décidé de faire un gros changement au niveau de mon matériel de bivouac. Si mon module de bivouac habituel se composait d’un Tarp, je suis désormais passée à la tente ! J’ai donc opté pour une tente Duplex de la marque Z-Packs. C’est une tente 2 personnes très légère (580 grammes seulement !) car c’est une mono paroi, et elle se monte avec les bâtons de randonnée.

C’est un grand changement pour moi, non seulement au niveau de la taille de la tente (bien plus spacieuse que mon petit tarp !), mais aussi du fait qu’elle est en dyneema. Mon tarp était en effet en nylon, une matière qui se détend avec l’eau, et donc en cas de forte pluie réduisait considérablement l’espace intérieur (voire même parfois la toile finissait par toucher mon sac de couchage !). La Duplex Z-packs étant en dyneema, la toile reste bien tendue (c’est une matière qui ne se détend pas), même en cas de forte pluie. Ça a donc été un gros plus pour moi, surtout lorsque j’ai enchaîné les journées dans la grisaille et l’humidité du Camino del Norte ! Cette tente est disponible en cliquant ici si elle vous intéresse.

Sous la tente, pour protéger le sol, je mets aussi une couverture de survie réutilisable (plus épaisse qu’une couverture de survie simple, ce qui permet de faire moins facilement des trous dedans).

Pour le matelas, je suis partie avec un matelas gonflable Uberlite de chez Thermarest en taille Small (qui ne pèse que 170 grammes !). J’ai aussi pris un matelas de sol fin, que je place sous le matelas gonflable pour le protéger et ajouter un peu plus d’isolation. Mais il s’est avéré que les cloisons internes du matelas gonflable ont lâché après quelques jours de bivouac seulement. J’ai donc dû acheter un autre matelas gonflable pour finir l’aventure. J’ai acheté un modèle de chez Decathlon, qui était plus robuste (et donc plus fiable)…mais aussi beaucoup plus lourd (plus de 350 grammes en taille Small !).

Enfin, j’ai décidé de partir avec un sac de couchage ayant une température de confort 10°. C’était je pense le minimum à avoir, car je suis partie en fin d’été et en Septembre les températures de la nuit peuvent baisser rapidement. Le modèle que j’utilise est le Baikal 750W de la marque Millet. Il est disponible en cliquant ici.

J’ai également emporté mon fidèle drap de soie (ou sac à viande) de la marque Sea to Summit, que je glisse dans mon sac de couchage. Cela permet de rajouter quelques degrés à mon sac d couchage, mais aussi de le protéger pour ne pas le salir et avoir à le laver.

Accessoires

Pour m’éclairer la nuit, j’utilise une lampe frontale Petzl Tikkina depuis plusieurs années et j’en suis très satisfaite. La mienne est un modèle à pile, mais il existe aussi maintenant le même modèle à batterie. Et, l’avantage, c’est qu’elle ne pèse que 80 grammes. Si vous souhaitez vous la procurer, elle est disponible en cliquant ici.

Pour recharger mon téléphone en chemin, je suis aussi équipée d’une batterie nomade 10 000 mAh de la marque Nitcore. Le gros avantage de cette batterie est qu’elle pèse seulement 150 grammes et peut recharger 3 à 4 fois mon téléphone. C’est assez pratique pour moi qui réalise des vidéos de mon aventure tout au long du chemin !

Enfin, j’ai pris aussi avec moi un petit livre, un carnet, un stylo et…ma crédentiale ! C’est le petit carnet qui accompagne le pèlerin en route vers Saint-Jacques de Compostelle. Pour en savoir plus sur ce document, je vous invite à lire cet article : La Crédentiale, le carnet du pèlerin.

Hygiène et pharmacie

Pour l’hygiène, j’essaie d’être assez minimaliste. J’emmène le minimum et me ravitaille si besoin au fil du chemin. C’est notamment le cas pour le savon et le shampoing : je ne pars qu’avec un morceau que j’ai découpé au préalable, et j’en rachète quand je n’en ai plus.

J’utilise une petite pochette ziploc qui me sert de trousse pour y ranger toutes mes affaires de toilette. Elle se compose comme ceci :

J’emporte également une mini serviette en microfibre (que j’ai découpé pour qu’elle soit toute petite et légère, environ 40 grammes).

Et pour en savoir plus sur l’hygiène en bivouac je vous invite à lire cet article : L’hygiène en bivouac : tout pour rester propre !

Matériel de cuisine

Il est toujours très agréable de pouvoir manger un plat chaud le soir avant d’aller se coucher. Je suis donc partie avec mon kit de cuisine complet, qui pèse moins de 250 grammes au total ! Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce kit dans cet article : Cuisiner en randonnée : tout mon matériel.

Enfin, pour l’eau, j’ai pris deux bouteilles d’eau, de 750 ml chacune. Cela représente 1,5L en terme de capacité, ce qui était suffisant car on trouve des points d’eau très régulièrement tout au long du Camino del Norte.

.

Voilà vous connaissez l’intégralité du contenu de mon sac à dos qui m’a accompagné sur la Voie de Rocamadour, en direction de Saint-Jacques de Compostelle. Et pour découvrir mon équipement de randonnée et bivouac en automne, c’est dans cet article ici : Mon matériel de randonnée automnale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *