randonneurs-gr65-compostelle
Chemin de Compostelle,  Inspirations,  Randonnée

Accueillir les marcheurs

Au cours de ma dernière aventure sur le GR 465, j’ai découvert avec grande joie de petites attentions à destination des marcheurs : parfois une simple pancarte ou une peinture au mur retraçant le chemin. D’autres fois, dans certains villages, ce sont des installations entières : un banc, un robinet d’eau potable ou encore un abri pour se protéger de la pluie.

Et même si je ne croisais pas toujours des gens sur mon chemin, cela me reconnectait inévitablement à ce que j’appelle l’esprit du chemin : la solidarité, la bienveillance, le partage, et le don sans aucune attente des uns envers les autres.

Sur le Chemin de Compostelle, c’est sans doute ce qui m’avait le plus marqué : un peu partout le long du chemin on trouve des bancs, des abris, des espaces aménagés pour que les marcheurs puissent s’arrêter, prendre une pause et se sentir accueilli. Parfois même, il y avait des tables avec du café, du thé ou de quoi manger à disposition.

 Cet élan collectif plein d’humanité m’avait énormément touché. Ce sont parfois de toutes petites choses mais elles participent grandement à la magie sur le chemin. Et une petite attention, si petite soit elle, pour un marcheur assoiffé, fatigué ou qui marche sous la pluie depuis plusieurs heures, peut devenir un grand et beau cadeau.

L’expérience d’Émilie à Courtonne dans le Calvados

A mon retour, je me suis dit : « Pourquoi on ne mettrait pas en valeur toutes ces belles initiatives mises en place par certains villages et habitants pour les marcheurs ? » Non seulement pour applaudir leur travail et leur état d’esprit, mais aussi pour encourager cette démarche (et qui sait, peut-être en inspirer d’autres !). Après tout, tous les villages peuvent accueillir des marcheurs (et cyclistes!), et ces initiatives peuvent s’étendre au-delà des chemins de Compostelle. C’est pourquoi aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’Emilie, habitante de Courtonne-les-Deux-Églises (dans le Calvados).

initiatives-accueil-pelerins

Emilie m’avait contacté il y a déjà quelque temps dans cette optique : elle se questionnait sur ce qui pouvait être développé dans sa commune afin que les marcheurs s’y sentent accueillis. Et aujourd’hui, plusieurs choses ont été mises en place grâce à sa démarche, avec notamment la signalisation d’un point d’eau potable et la réhabilitation d’un ancien abri-bus. Je trouve ce projet vraiment génial car il a permis aux habitants, avec le soutien de la mairie, de s’investir pleinement dans la vie locale. Car se sont eux qui, ensemble, ont rénové l’ancien abri-bus pour créer un espace public vivant, où les habitants et marcheurs de passage peuvent se rencontrer et échanger.

Je partage donc avec vous quelques photos de ce beau projet, et le avant/après de la réhabilitation de l’abri-bus. Sur les photos, il n’est pas encore fini, car depuis d’autres meubles (qui permet le don/échange de livres, cd, jeux…) et un panneau d’affichage ont été rajouté !

Que mettre en place dans son village pour accueillir les marcheurs ? 

Si vous aussi voulez mettre en place de telles initiatives dans votre village je ne peux que vous y encourager, et vous donner quelques pistes pour vous lancer !

Point d’eau potable

Lorsqu’on marche, l’eau est essentielle et, en tant que marcheur, on espère toujours que l’on pourra en trouver lorsqu’on traverse un village.

S’il existe un point d’eau potable dans le village (fontaine, toilettes publiques, stade, cimetière…), vous pouvez y ajouter un écriteau (car sinon le marcheur se demande toujours si l’eau est potable ou non). Enfin, si ce point n’est pas situé sur les chemins balisés, il peut être utile de flécher le point d’eau. Car en tant que marcheur on ne sait pas où va se situer l’eau.

Toilettes publiques

De même que pour l’eau, si votre village possède déjà des toilettes publiques, vous pouvez les indiquer par un écriteau ou panneau afin que le marcheur les trouve plus facilement.

Abri

La marche nous rend vulnérable aux éléments de la nature. Et parfois, on se retrouve à marcher plusieurs heures sous une pluie battante, dans un vent violent ou sous un soleil de plomb. L’arrivée dans un village est donc parfois synonyme d’abri où faire une pause.

Cela peut être un petit abri bus restauré, comme dans le cas d’Emilie. Ou bien encore le fait de laisser l’église ouverte (ou au moins le porche de l’église). Si vous voulez aller plus loin, il est également possible de restaurer une ancienne grange ou de construire un petit abri en bois.

Enfin, il peut être chouette d’indiquer que cet abri est mis à disposition pour les marcheurs, qui s’y sentiront alors bienvenu et se permettront plus facilement d’y faire une pause. Et si vous avez le soutien de votre commune, vous pouvez aussi proposer que cet abri soit accessible pour la nuit (pour les personnes qui bivouaquent). Un simple toit (grange, abri bus…) est largement suffisant.

Banc, table, poubelle

Les petits espaces aménagés avec un banc, des chaises ou une table de pique nique sont toujours très appréciés par les marcheurs de passage.

Un accès à une poubelle est toujours le bienvenu également, permettant au marcheur de ne pas avoir à emporter ses déchets avec lui.

Le nec plus ultra :

Si vous souhaitez pousser l’accueil des marcheurs encore plus loin, vous pouvez installer une table avec café, thé ou petites choses à manger. Cela peut fonctionner sur le principe du « donativo » : vous laissez en libre service ce que vous proposez, et mettez à côté une petite tirelire où les marcheurs peuvent déposer des pièces en échange de ce qu’ils prennent.


Enfin, si vous voulez proposer au marcheur un confort maximal, vous pouvez proposer un accès à de l’électricité, voire même une douche publique. Cela m’est arrivé quelque fois de tomber sur des lieux publics avec douche et électricité et je dois dire que cela a été une très belle surprise en tant que randonneuse qui fait du bivouac !


J’espère que cet article vous aura réchauffé le coeur de par la bienveillance et l’entraide qui existent encore aujourd’hui sur les chemins. Et, qui sait peut-être vous donnera-t-il des idées pour un projet à venir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.