Randonnées coquille sac
Chemin de Compostelle,  Équipement & Préparation,  Randonnée

3 mois sur Compostelle : Préparation

Souvent rêvé, parfois emprunté pour sa popularité, quelques fois mal interprété, le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle est quelque chose dont tout un chacun a déjà entendu parler. C’est ainsi que de Mai à Aout dernier, mon parcours m’a mené sur ce chemin mythique, du Puy en Velay (France), à Saint-Jacques de Compostelle (Espagne). Bien que je ne savais pas vraiment dans quoi je m’engageais et que le terme de « pèlerinage » m’effrayait un peu, cette expérience a été l’une des plus enrichissantes et intense parmi toutes celles que j’avais vécues jusqu’ici.

Préparation

La liste de mon matériel au grand complet est téléchargeable ici : Liste Materiel Compostelle

Et le tout détaillé en vidéo ici :

Quel guide choisir ?

Au départ, je pensais ne partir avec aucun guide, sachant que le GR 65 en France est très bien balisé, et que l’on traverse régulièrement des villages pour se repérer. Mais juste avant mon départ, j’apprends l’existence du très bon guide Miam Miam Dodo en application pour mobile. J’ai donc choisi d’acheter la première partie de ce guide (du Puy en Velay à Cahors) en version numérique, n’ajoutant ainsi aucun poids à mon sac à dos.

Malheureusement, mon application a rencontré de nombreux problèmes (impossibilité de l’ouvrir), et j’ai donc été très déçue car elle m’étais inutile. Cependant, elle ne m’a pas paru indispensable car tout est très bien indiqué sur le chemin. Et, au final, je préférais suivre les recommandations et conseils des autres pèlerins ou des hôtes au fil du chemin.

Toutefois, j’avais sur mon téléphone l’application Géoportail, sur laquelle on peut  voir (à condition d’avoir du réseau internet), l’ensemble du GR 65 avec une précision de 1/25 000 ! C’était d’une très grande utilité lorsque je souhaitais trouver un lieu de bivouac le soir.

Autre application bien utile, c’est Visorando, que vous connaîtrez déjà si vous faites régulièrement de la randonnée. Cette application permet de se guider sur une randonnée avec son tracé GPS. Elle permet aussi de créer votre trace GPS, vous donnant ainsi un aperçu de votre propre chemin !

Si vous tenez tout de même à prendre un guide papier pour le GR 65, je recommande vivement le Miam Miam Dodo que j’ai eu l’occasion de consulter à plusieurs reprises sur le chemin et que je trouvais très bien fait. Il existe 2 guide découpant le chemin du Puy en Velay à Cahors (disponible ici) puis de Cahors à Roncevaux (disponible ici).

GR 65 – Partie 1
GR 65 – Partie 2







Pour la partie espagnole, j’ai continué sur ma lancée et je n’ai pas plus acheté de guide. Les flèches jaune jalonnent le chemin jusque Compostelle. Et bien que je me sois perdue à plusieurs reprises en Espagne (car les flèches ne sont pas toujours aussi claires que le balisage du GR 65), on finit toujours par retrouver le chemin facilement !

Si vous souhaitez tout de même prendre un guide avec vous, il existe de nombreuses applications et guides papiers du Camino Francès.

Un peu de vocabulaire

Crédentiale: Petit carnet délivré par une association Jacquaire ou par l’Église, dans lequel se trouvent des cases à faire tamponner tout au long de votre chemin, dans les gîtes, les restaurants, cafés, églises, offices de tourisme…

Compostela : Diplôme obtenu à Saint-Jacques de Compostelle, attestant de votre pèlerinage (il est délivré sur présentation de votre Crédentiale). Il faut avoir parcouru au minimum les 100 derniers kilomètres pour pouvoir l’obtenir.

Donativo : Gîte avec des chambres en dortoir, en participation libre. C’est-à-dire que chacun donne le prix qu’il peut. Généralement le repas du soir et celui du matin y est aussi proposé, sur le même principe de donation.

Nok : Marque d’une crème anti-frottement, populaire chez les randonneurs, puisqu’elle s’applique en prévention des ampoules.

Radio Camino : En chemin, vous découvrirez vite ce que c’est ! De fait, comme on croise régulièrement les mêmes personnes sur le chemin, les petites histoires et anecdotes de chacun circulent vite entre pèlerins… c’est la fameuse « Radio Camino ».

Quel budget prévoir ?

Une des question souvent moins abordée, c’est celle du budget sur Compostelle ! En effet, sur un chemin d’une telle longueur les économies peuvent vite fondre. Je vous explique donc en détail  toutes mes dépenses effectuées sur mon Chemin dans cette vidéo :

Les différentes voies, quel chemin choisir ?

Si on sait où on veut arriver lorsqu’on s’engage sur le chemin, il reste encore à définir d’où on veut partir. La tradition veut que le pèlerin ouvre sa porte d’entrée et commence à marcher de chez soi. Si j’ai été très impressionnée de rencontrer plusieurs pèlerins qui l’ont fait (dont certains d’Allemagne, d’Autriche, de Suisse….!), j’ai pour ma part décidé de partir de France, mais sur un des chemins les plus classiques: la Voie du Puy en Velay.

Ce chemin le plus populaire en France, la Via Podiensis, est aussi appelé le GR65. Il parcoure 750 kilomètres du Puy en Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port dans le Pays Basque Français. En Espagne c’est le Camino Francès qui est le plus célèbre. Il s’étire sur plus de 800 kilomètres au départ de Saint-Jean-Pied-de-Port en France.

D’autres chemins en France sont aussi très fréquentés. Par exemple, la Via Tolosana qui part de Toulouse (945 kilomètres jusqu’à Puente la Reina en Espagne) ou la Via Turonensis, (la voie de Tours), empruntée par les pèlerins partant de Paris.

Enfin en Espagne, le Camino del Norte est lui aussi assez réputé. Il longea la côte Atlantique jusqu’à Compostelle, pour un total de 830 kilomètres.

Les moments forts du chemin

Tronçon du Puy en Velay à Conques
Valée du Célé : Une superbe variante du chemin
Le Pays Basque & le passage des Pyrénées
La traversée du désert de la Meseta, une expérience à vivre
Les montagnes verdoyantes de la Galice

Un chemin pour tous

Il faut savoir que le chemin en lui-même est accessible à tous, et bien qu’il présente des passages plus difficiles, ce n’est pas de la randonnée de haute montagne. Le chemin est parfois plus accidenté, mais reste très praticable et relativement plat. Il est facile d’adapter les étapes selon ses envies et son niveau . Il existe également un service de transport de bagage pour ceux qui ne souhaitent ou ne peuvent pas porter leur sac à dos.

Certains préfèrent suivre les étapes indiquées dans les guides (pouvant aller jusqu’à 35 km par jours). Mais on peut aussi décider de se laisser porter au fil de ses pas ; planter sa tente dès qu’on trouve un endroit sympathique, ou pousser un peu plus loin que prévu pour continuer un bout de chemin avec un compagnon rencontré en route.

Question logement et nourriture, tout dépend des besoins et du confort de chacun. Du dortoir en gîte à la chambre d’hôtel du repas sur le pouce au restaurant, il y en a vraiment pour tous les goûts. Et c’est justement cette variété de possibilités qui, à mes yeux, donne toute sa richesse au pèlerinage. Étant ouvert à tous, on rencontre sure le chemin des gens issus d’univers complètements différents. Et puis, j’aime penser qu’il y a autant de chemin de Compostelle que de personne qui le font.

Pour ma part, grâce à mon matériel de camping, j’étais totalement autonome. Je pouvais vraiment envisager mon chemin comme je le voulais. En revanche, par soucis de poids, j’avais peu d’affaires, ce qui ne me permettait pas d’avoir un grand confort.

Arrivée à Compostelle !

Pour en savoir plus…

Tout au long du chemin, j’ai réalisé de petits vidéos VLOGS pour partager mon pèlerinage. Retrouvez-les sur ma chaîne Youtube, ici !

Et pour plus d’informations encore sur mon équipement et sur le contenu de mon sac à dos de moins de 7kg pour Compostelle, c’est dans cet article !

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *