Chemin de compostelle équipement
Chemin de Compostelle,  Équipement & Préparation,  Randonnée

Mes accessoires indispensables

Étant partie pour 3 mois de marche sur le Chemin de Compostelle, en solo et en bivouac, j’ai épuré au maximum la composition de mon sac à dos. Pourtant, il y a certains objets qui me paraissaient impossible de ne pas emmener avec moi. Voici donc les 5 accessoires qui me semblent indispensables pour partir (en bivouac) sur le Chemin de Compostelle !

1 – La cuichette

Autrement dit une cuillère et fourchette en même temps ! J’adore le concept deux en un (qui évite de prendre une cuillère en plus d’un fourchette), et me sert dès que je mange dehors dans la nature, lors du pique nique de midi ou le repas du soir au réchaud. Personnellement, j’achète les cuichettes de la marque Light My Fire, que je trouve parfaite en terme de taille (pas trop grand), poids et souplesse (elles ne se cassent pas facilement). On les trouve dans les magasins de sport ou en ligne. Elles sont disponibles en lot de 3, ici.

2 – Le couteau Opinel

Si je peux me passer de la cuichette sur le chemin, je ne partirais en revanche jamais sans mon couteau ! Il m’est très pratique pour tout : manger évidemment, mais aussi sculpter du bois ou couper tout sorte de choses. J’utilise le couteau Opinel Outdoor n°8 car il est léger (62 g), en acier inoxydable, super pratique avec une partie de la lame crantée (je peux donc à la fois sculpter du bois et couper des objets plus gros comme de la corde). Et le petit plus, il est doté d’un sifflet efficace, qui a une portée de 300 mètres !

Certains préféreront le couteau suisse, mais personnellement je trouve cela trop lourd pour ce dont je me sert, car je n’ai pas besoin d’un grand nombre d’outils qui s’y trouvent (sauf peut-être le tire bouchon 😛). De plus, le couteau n’est selon moi pas assez performant pour mon utilité.

3 – Le sifflet (accroché au sac à dos)

Sur mon tout premier chemin de Compostelle, je n’avais pas encore de sifflet en permanence accroché à la lanière de l’épaule de mon sac à dos. Je ne pensais pas que ce soit absolument indispensable, et j’avais avec moi le sifflet qui se trouve sur mon couteau opinel. Néanmoins, plus je me responsabilise sur les dangers en randonnée, et plus je m’équipe convenablement. Le sifflet fait partie de ces petits objets, peu cher à acheter, très léger à rajouter sur son sac, et qui peut nous sauver la vie : S’il arrive de tomber ou de se blesser gravement et que nous ne sommes plus en mesure de bouger, on peut ainsi alerter les gens, en attrapant le sifflet juste avec la bouche !

D’autant plus que je marche souvent seule, il m’est devenu maintenant impensable de partir sans ce sifflet. A savoir qu’il est préférable de choisir un sifflet tout simple, sans bille à l’intérieur (car la bille peut empêcher le bon fonctionnement du sifflet en cas de pluie ou de gel par exemple).

4 – La lampe frontale

Pour être totalement honnête, c’est un accessoire qui pèse relativement lourd pour le peu d’utilisation que j’ai pu en avoir sur le chemin. Et pourtant, je ne partirais jamais en randonnée en itinérance, et en bivouac, sans aucune lampe avec moi. C’est bête, mais s’il m’arrive quoi que ce soi en pleine nuit alors que je dors dehors dans le noir, et que je n’ai rien pour m’éclairer…et bien je suis bien embêtée ! C’est pourquoi la lampe frontale me semble indispensable.

Je possède une lampe frontale Tikkina de la marque Petzl, très performante et parfaite pour mon utilisation. Elle est disponible ici. Toute autre lampe frontale qu’on peut trouver dans les grandes enseignes de sport font aussi bien l’affaire. Et, pour le départ en rando, je remets toujours dans ma lampe des piles neuves.

5 – Une batterie nomade

Et enfin, dernier accessoire qui m’a énormément servi pour réaliser mes petites vidéos VLOG tout au long de mon premier chemin de Compostelle (elles sont visibles ici !), c’est ma batterie nomade ! Cette petite batterie permet de recharger mon téléphone dont la batterie se vide vite, du fait de son utilisation pour la photo et la vidéo. Evidemment, cet accessoire n’est pas forcément utile si vous utilisez peu votre téléphone, ou si vous dormez tous les soirs dans les gîtes pour pèlerin où vous pourrez recharger vos appareils électroniques. Etant donné que je pratique le bivouac, je n’ai pas toujours accès à une prise dans la journée et la batterie me permet de recharger mon téléphone la nuit quand je dors dans la nature !

La batterie nomade que j’utilise recharge une à deux fois mon téléphone (selon si la batterie est complètement vide ou non). Il coute une dizaine d’euros seulement dans les grandes enseigne de sport et ne pèse qu’environ 60 grammes. Vous pouvez aussi vous la procurer en ligne, ici.

Voilà j’ai fait le tour des 5 accessoires sans lesquels je ne partirais pas sur le Chemin de Compostelle…et vous quels sont vos accessoires indispensables ?

Et je vous laisse avec une petite vidéos dans laquelle dans laquelle je présente ces 5 accessoires ⬇

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *