québec canada
Chemin de Compostelle,  Randonnée,  Récit d'aventure,  Récit de voyage,  Réflexions de voyage

Pourquoi Compostelle ?

Cela fait déjà bien longtemps que je ressens en moi le désir de marcher. Après une première expérience de randonnée en solo ayant échouée en (où j’avais tenu deux jours d’un périple initialement prévu sur un mois complet), je n’ai cessé de repousser le moment de me mettre à marcher. Je suis partie vers d’autres aventures sur un autre continent, et je n’ai pas pris le temps de remettre la marche à pieds à mon ordre du jour. Des randonnées à la journée, j’en ai fait, mais marcher sur plusieurs jours, en longue randonnée, avec un but plus ou moins déterminé est tout autre chose.

Ces dernières années, les récits de Sylvain Tesson m’ont bercé et donné le goût de prendre la route. J’ai aussi découvert la marche comme un véritable moyen de méditation. Marcher seule en silence plonge mon cerveau en état de veille, et me libère soudainement de toute tension cérébrale. Je laisse mes pensées flotter et défiler dans mon esprit sans m’en préoccuper. Tout devient plus limpide, et je me sens plus légère. Marcher seule agit sur moi comme une thérapie.

Alors voilà, c’est décidé. Compostelle, quant alors je ne connaissais rien que le nom de ce chemin, sans même vraiment savoir le placer sur une carte. Je me plaisais à m’imaginer en route sur ce pèlerinage mythique. Aujourd’hui, l’idée à fait son bout de chemin dans mon esprit, et voilà deux semaines que je m’informe plus sérieusement sur le sujet. En Septembre dernier, j’avais fait une première journée sur le chemin, en partant de chez moi, Rouen. Poser un premier pas sur ce sentier était ma manière de m’engager, de concrétiser ce projet un peu flou, de dire qu’un jour ou l’autre, il faudra bien que je continue cette première impulsion. Et c’est bien ce que je compte faire maintenant.

Faire le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle coïncidera pour moi avec mon retour en France, après avoir vécu 2 ans au Canada. Pour moi c’est l’étape du retour, comme si j’avais besoin de cheminer, de me mettre en mouvement à travers le pays et de gagner mon droit de revenir par l’effort. J’espère que cette marche me fera mettre les choses en perspective. Et puis, Compostelle. Un des derniers pèlerinage historique qui se fait encore à pied, à l’heure où tout doit toujours aller plus vite. Et dans cette course effrénée, je veux prendre le temps de ralentir mon rythme.

14 mars 2018. Je suis assise à un bureau dans la bibliothèque de Chicoutimi, au Québec. Je viens de dévaliser le rayon des livres sur Saint-Jacques de Compostelle, en prenant bien soin de laisser sur les étagères les récits de voyage ou tout autre genre de carnet de route. Ce n’est pas que cela ne m’intéresse pas, mais j’ai envie de me laisser vivre ma propre expérience du chemin, sans influence aucune. A la place, mon choix s’est porté sur quelques livres pratiques, mais surtout ceux sur l’histoire et le mythe de ce pèlerinage si célèbre.

J’ai l’impression qu’à peine je prononce le mot Compostelle et tout le monde autour de moi à quelque chose à raconter à ce sujet. Je me sens peu originale de choisir ce chemin dont la terre a tant été battue. Alors je me pose la question : qu’est-ce qui fera que mon pèlerinage soit différent de celui des autres ?

J’ai peur de partir avec déjà beaucoup trop d’information sur le sujet. J’ai peur de ne pas vivre quelque chose d’unique. J’ai peur de revenir de ces semaines de marche avec le même récit que tous ceux qui l’on fait avant moi. J’ai peur aussi de ne pas vraiment avoir les bonnes raisons d’entreprendre ce chemin, si chargé en histoire et en spiritualité. J’ai peur de rencontrer des tas de pèlerins avec un passé lourd derrière eux, et qui me feront me sentir si bête d’être partie sur la route sans autre blessure à guérir que mes petites histoires égocentriques. Mais peut-être, dans le fond, que c’est ça, pour moi, Compostelle. Je veux vivre le chemin, et le partager. Un pèlerinage à la rencontre de l’autre et de son histoire.

Ceci étant dit, il est temps de me mettre en route.

Et pour en savoir plus sur toute ma préparation pour Compostelle c’est par ici !

Et découvrez aussi, toutes les petites vidéos que j’ai réalisée sur le chemin, dans cette playlist Youtube ci dessous ⬇

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *