gr 465 rando
Équipement & Préparation,  Randonnée,  Récit d'aventure

Des monts du Cantal à la vallée du lot : 130 kilomètres sur le GR 465

Cela fait un moment que je ressentais le besoin de partir marcher en itinérance afin de me retrouver avec moi-même en pleine nature. Mais je refusais d’écouter cette voix intérieure et je ne voyais pas comment m’accorder cette pause dans un agenda toujours plus chargé. Et puis, suite à quelques mésaventures et une grosse envie de souffler, le chemin m’est soudainement apparu comme inévitable.

J’ai donc rempli mon sac à dos, et je suis partie à pied sur le GR465, un chemin qui relie les monts du Cantal à la vallée du Lot sur presque 130 kilomètres. Voici donc dans cet article toutes les informations à savoir si vous souhaitez vous aussi vous lancer sur ce beau chemin !

Matériel & équipement

Je pars rarement à cette période de l’année sur de la randonnée en itinérance. Il était donc indispensable que je revoie ma liste d’équipement habituel et que je prenne du matériel adapté aux intempéries et températures plus froides. Et qui dit équipement plus chaud, dit aussi plus lourd et plus volumineux.

Pour avoir la liste détaillée et les références de mon matériel c’est ici : Liste de mon matériel complet

Je suis donc partie avec un sac à dos Decathlon de 70L. Un sac à dos de 50L aurait été suffisant mais je n’en avais pas de ce litrage.

Pour le bivouac, je venais tout juste de m’équiper d’un sac de couchage Rotstein 700, de la marque Vaude. Il pèse 1,285g pour une température de confort de -6°. C’était donc le moment idéal pour le tester sur le terrain. Avec, j’ai toujours un drap de soie que je glisse dans le sac de couchage en plus.

En ce qui concerne la tente et le matelas en revanche, je suis restée sur mon matériel habituel : la toile de la tente Stealth 1.5 de chez trekkertent (que j’utilise comme un tarp, sans moustiquaire interne, avec une couverture de survie au sol) et mes deux matelas (un tapis de sol en mousse, et mon Thermarest Xlite Neoair). Les deux matelas couplés assurent une très bonne isolation (avec une R-value de plus de 5).

Pour la cuisine je suis partie également avec mon équipement habituel que vous pouvez retrouver dans cet article : Cuisiner en randonnée : tout mon matériel.

Pour l’eau j’ai pris uniquement une poche à eau de 2L. Elle était suffisante en terme de capacité, mais j’avais oublié à quel point un contenant rigide (bouteille ou gourde) est utile en bivouac (pour l’hygiène ou la cuisine notamment). J’avais également protégé le tube par un petit étui en néoprène, permettant d’isoler un peu le tube et d’avoir une eau pas trop froide à boire.

Pour les vêtements j’ai tenté d’être le plus minimaliste possible, en ne prenant que 2 changes (un sur moi, un dans le sac). Et pour faire une double utilisation de certains vêtements, j’ai opté pour un système multicouche en haut comme en bas.

Pour le haut : T-shirt à manches longues en laine mérinos, polaire fine, doudoune en synthétique et k-way coupe-vent par dessus.

Pour le bas : Legging fin, pantalon polaire et pantalon de randonnée par dessus. Ainsi selon les températures je peux retirer ou rajouter une couche. Le pantalon en polaire ne m’a finalement pas servi la journée car lorsqu’on marche on a vite chaud. Par contre il m’a servi le soir sur le campement, et la nuit.

J’avais également deux paires de petits gants, une bonne paire de chaussettes chaudes pour la nuit, mon buff, un gros bonnet et une Balaclava (qui m’a servie uniquement lorsque j’ai passé les montagnes, mais j’étais heureuse de l’avoir vu le vent !). Je ne le répéterai jamais assez, mais couvrir les extrémités est essentiel pour ne pas avoir froid.

Enfin, j’avais également pris ma cape de pluie en cas de grosse pluie, et mes guêtres pour protéger le bas de mon pantalon et mes chaussures (pour les passages dans la neige mais aussi en cas de pluie).

Pour les accessoires, j’avais également pris deux lampes à batterie avec moi, de la marque Olight. Une lampe tactique permettant d’éclairer loin, et une petite « Obulb », idéale pour lire le soir dans la tente. Je dois admettre que cette deuxième lampe était un peu du luxe…mais à cette période, la nuit se couchant tôt, on a beaucoup de temps à tuer sous la tente ! Je n’ai donc pas regretté ces quelques grammes en plus, au vu des douces soirées qu’elle m’a permet de passer !

Afin d’être autonome en électricité, j’étais aussi équipée d’une batterie nomade 10 000 mAh, avec laquelle je pouvais recharger pour plusieurs jours mon téléphone et mes lampes.

J’ai décidé de ne pas peser mon sac au départ, car j’avais trop peur que le poids m’effraie et me pèse encore plus sur les épaules si j’en étais consciente. Mais selon ma liste réalisée à mon retour, il devait peser (avec les consommables) une douzaine de kilos.

Itinéraire

Le GR465 est un Chemin clunisien qui relie Murat dans le Cantal à Conques dans l’Aveyron.

Cet itinéraire suit le tracé de la voie antique reliant plusieurs sites historiques rattachés à l’abbaye de Cluny : le prieuré de Bredons, la chapelle Notre-Dame de Manhaval et l’abbatiale Sainte Foy à Conques (village qui est lui-même situé sur la voie du Puy en Velay, le GR65, allant jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle).

C’est aujourd’hui un sentier de Grande Randonnée entièrement balisé, et avec deux variantes possibles : le GR 465 Nord passant par Montsalvy et le GR465 Sud passant par Entraygues-sur-Truyère. Le kilométrage total varie donc selon la variante choisie. Pour ma part, j’ai décidé de prendre le tronçon passant par Montsalvy, soit environ 130 kilomètres depuis le village de Murat.

Une des grosses difficultés de ce chemin est sans aucun doute le passage du Plomb du Cantal, plus haut sommet du département, avec ses 1855 mètres d’altitude. Étant partie au mois de novembre j’ai d’autant plus eu de difficulté à le passer qu’il était déjà sous la neige ! D’ailleurs le tronçon de chemin entre Prat de Bouc et le Plomb du Cantal est le même que celui du GR 400 (itinéraire qui fait le tour des Monts du Cantal et que j’ai parcouru au printemps dernier. Pour en savoir plus sur cette aventure c’est par ici : GR 400 : ma préparation)

Étapes et orientation

Les étapes de cette randonnée sont les suivantes (attention le kilométrage est donné à titre indicatif et peut varier selon les éventuels changements de balisages) :

Murat ➡ 15 km Plomb du Cantal ➡ 15 km Pailherols ➡ 15 km Mur de Barrez ➡ 18 km Murols

  • Variante GR 465 Nord : Murols ➡ 18 km Montsalvy ➡ 15 km Cassaniouze ➡ 12 km Grand vabre ➡ 9 km Conques
  • Variante GR 465 Sud : Murols ➡ 8 km Pons ➡ 17 km Entraygues sur Truyère ➡ 23 km Vieillevie ➡ 20 km Conques

Un topo guide du GR 465, édité par la Fédération Française de Randonnée, est disponible (vous pouvez vous le procurer ici). On y retrouve toutes les informations (hébergement, ravitaillement, kilomètres, dénivelés…), ainsi que les cartes pour préparer en amont votre randonnée et/ou vous accompagner sur le chemin.

Le chemin étant un GR (chemin de Grande Randonnée), il est entièrement balisé de blanc et rouge. Si vous souhaitez en savoir plus sur le balisage je vous invite à regarder cette vidéo dans laquelle je vous explique tout !

Pour vous orienter, vous pouvez aussi retrouver le tracé GPX de cette randonnée en cliquant ici.

Hébergement & ravitaillement

J’ai décidé de partir avec mes affaires de bivouac sur le dos. A cette saison, les gîtes sont bien souvent fermés et de toute façon, étant partie sur un coup de tête, je n’ai pas vraiment eu le temps de me renseigner à l’avance. J’ai envie (et sans doute besoin!) de me retrouver avec moi-même en immersion dans la nature et de me confronter aux éléments (neige, vent, froid) qui se présenteront à mon en cette période automnale.

Concernant le ravitaillement en eau, il a été assez facile car on traverse régulièrement des petits villages et hameaux, qui ont soit des fontaines d’eau potable, soit des robinets mis à disposition pour les randonneurs (souvent proches des toilettes publiques) ou, à défaut d’autre chose, dans les cimetières. J’avais peur qu’à cette période l’arrivée en eau soit coupée dans les cimetières (car il arrive que pour le gel certaines municipalités coupent l’eau des cimetières), mais je n’ai pas rencontré de soucis de ce côté.

Pour la nourriture en revanche, il m’a fallu être plus vigilante car la plupart des villages traversés n’avaient pas de quoi se ravitailler. J’ai trouvé des épiceries à Mur-de-Barrez, Montsalvy et Cassaniouze. A noter également des cafés et/ou restaurants à Pailherols, Murols et Grand Vabre, mais ceux-ci ne sont pas toujours ouverts et ne proposent pas forcément de quoi manger.


Voilà vous connaissez tout de ma préparation, de mon équipement et des informations pratiques pour partir à votre tour sur ce chemin !

Et pour vous donner un aperçu de ce qui vous attend, je vous propose une petite vidéo de mon aventure :

6 commentaires

  • François LEBEDEL

    J’ai beaucoup apprécié votre joli reportage. Je vous envie. J’aimerais tant repartir sur les grands chemins d’aventure et les petits sentiers. Le pourrai-je encore ? À mon grand âge, cela devient problématique bien que je demeure toujours grand marcheur dans ma petite région puisque, rebelle aux directives prétendument sanitaires, je suis contraint de renoncer à partir au loin. J’aimerais pratiquer le bivouac mais j’ai peur du poids à porter…
    Merci infiniment de m’avoir fait rêver.

  • Denis

    Merci Suzanne pour l’article et la video vraiment complets, très bien réalisés. Cela a dû vous prendre des heures entre le montage video, bandes-son et l’article ! Très généreux.
    J’ai partagé le tracé GPS de ma petite rando aujourd’hui près de Toulouse sur le site de partage de traces GPS que vous m’avez indiqué.
    Bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *