Couleurs automne parc rando
PVT au Canada,  Récit de voyage

Bilan de mon PVT au Canada

Voilà déjà deux ans que j’ai mis pour la première fois mes pieds sur le sol Québécois. Dans le bus qui m’amenait de l’aéroport jusqu’au centre ville de Montréal, je me souviens de ma grande joie d’être de retour en Amérique du Nord, ce continent qui a connu mes premiers voyages solo et vers lequel je ne cesse de retourner. Je débarquais à Montréal en plein mois de Mai, sous un grand soleil. J’avais emporté avec moi beaucoup trop de bagages. Mais qu’est-ce qu’on met dans une valise quand on part pour si longtemps dans un si grand pays et sans la moindre idée de ce qu’on va y faire ?

Québec mtl
Montréal

A l’époque, je n’avais aucune idée de ce à quoi aller ressembler ces deux ans de PVT au Canada. Je n’étais même pas sûre que j’arriverais à passer deux années complètes ici. J’avais certes déjà voyagé seule avant, mais jamais je n’étais partie pour une si longue période. Et puis, mon souvenir d’être revenue en France de mon PVT en Australie après seulement 4 mois, était resté en moi comme un échec. Alors inévitablement, j’avais peur que cela se répète. Oui, j’avais peur. Peur de ce à quoi aller ressembler ces 2 années.

Et puis, tout est allé si vite. J’ai l’impression de ne pas avoir vu ses deux années passer. Elles ont glissées à une allure impressionnante. J’ai rêvé, j’ai rit, j’ai pleuré. J’ai fait mon petit bout de chemin. Je me suis surpassée aussi. J’ai réalisé des choses que jamais je n’aurais cru m’être accessible. Devenir guide-musher et traverser un lac gelé pendant 3 jours sont probablement les deux expériences au top de cette liste. Mais il n’y a pas que cela. J’ai rencontré des gens et j’ai vécu dans des endroits où je me sentais bien. Juste bien. Loin du climat tendu dont j’avais l’habitude en France, j’ai aussi découvert que j’étais très sensible à mon environnement. Cette atmosphère légère, amicale et détendue ici m’a permis de me déconnecter.

PVT canada hiver
Devenir Guide-Musher au Québec

C’est comme ça que je suis tombée en amour pour le Québec. Et bien qu’au bout d’un an à peine je commençais déjà à me renseigner sur les possibilités d’y rester plus longtemps, j’ai attendu avant de prendre cette décision. Je savais qu’au bout d’un an seulement, il était trop tôt. Au bout d’un an, on porte encore les lunettes du jeune arrivant plein d’étoiles dans les yeux. Tout est beau, tout est nouveau. On n’a pas encore eu le temps de découvrir un pays dans sa globalité, de voir objectivement les moins bons aspects. Et c’est vrai. Ma première année au Québec était juste FORMIDABLE. Tout s’est déroulé si parfaitement et tout se plaçait de manière naturelle. J’ai pu ajouter des tas de choses sur ma Bucket list (qui n’a d’ailleurs cessé de s’agrandir au fil de mon PVT).

PVT Canada nature
Couleurs de l’automne en Gaspésie

Alors voilà. Il est temps pour moi après 2 ans de rentrer en France. J’ai certes envoyé ma demande de Résidence Permanente pour vivre au Québec. Mais le processus est très long et prend au minimum deux ans pour être obtenu. J’aurais pu trouver un moyen pour rester, mais je me voyais mal encore passer 2 années sans revoir ma famille (et surtout sans avoir le droit de rentrer en France, même pour de grandes occasions…). C’est donc sans aucun regret que je rentre en France. Mon expérience a été incroyable et un jour, peu-être🤞 je pourrais revenir.

Et pour finir, je vous laisse avec mon retour d’expérience au complet sur mon PVT au Canada en vidéo :

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *