voyage en solitaire
Récit de voyage,  Réflexions de voyage

Pourquoi voyager en solitaire ?

La première fois que j’ai décidé de partir en voyage toute seule, j’étais terrifiée. Deux jours avant mon départ, j’étais à deux doigts de tout annuler. N’avoir aucune certitude, aucun plan, et partir avec un tout petit sac à dos à l’autre bout du monde me terrifiait. Et puis, je suis partie. Et je ne regretterais jamais, car aujourd’hui je peux dire que ce voyage solo a changé ma vie.

Voici donc les 4 raisons qui me poussent à partir seule, et qui, je l’espère, me feront voyager en solitaire encore longtemps !

1. Sortir de sa zone de confort

Parti seul c’est se lancer dans le vide, et cela peut faire peur. Mais c’est aussi une des rares options que je connaisse pour complètement sortir de cette zone de confort. Une des rares expériences qui permette un tel dépassement de soi.

Avant de partir, on doute beaucoup. Il peut arriver de vivre l’insécurité totale, dans laquelle tout prétexte est bon pour nous faire rester tranquillement chez soi, dans un milieu qui nous paraît sûr et confortable. Pourtant, se lancer seul dans l’inconnu permet de lâcher prise et faire tomber toutes ses peurs que l’on a toujours eu en nous. Une fois parti, on se rend compte qu’en fait il n’y a rien à craindre. Oui, on est capable de voyager seul. Et même si avant chaque nouveau départ la peur peut nous reprendre, nous attraper de nouveau et nous susurrer à l’oreille « Et s’il m’arrivait quelque chose ? », il ne faut pas céder. C’est tout à fait naturel d’avoir peur, mais ce n’est jamais une raison suffisante pour laisser cette peur prendre le dessus et nous empêcher de partir.

En partant seul, je fais le choix de ne pas reléguer à un vague rêve mon envie de voyage. Cette envie si profonde que l’on refrène si souvent. Parce que la société nous dit de la restreinte, de l’entasser au plus profond de nous même et de l’oublier. Parce que ce n’est pas rationnel, presque insensé, voire pas sérieux, de vouloir partir seul. Et puis, c’est dangereux : qu’est-ce qui va nous arriver sur place ?

Alors il faut savoir dépasser cette peur si présente, trouver l’impulsion en nous, se donner un petit coup de pied. Pour se prouver à soi-même qu’on en est capable. Et que TOUT VA BIEN ALLER. Et petit à petit on en découvre et savoure le bonheur de se trouver seul. Tout va de plus en plus bien.

Une fois la peur passée, une fois allégée de nos préjugés, on peut être fier. Parce que c’est gratifiant de voyager seul.

2. Être disponible à l’aventure totale

À deux on forme, même malgré soi, un groupe avec une certaine carapace. Parce que, quelque part, l’un compte sur l’autre et vice-versa. C’est une forme de confort, de couverture, d’appui qui nous permet de nous sentir « plus fort » (parce qu’on est deux, parce qu’on est avec quelqu’un que l’on connait, de familier,sur qui on peut compter). C’est rassurant. Mais c’est aussi une manière de ne pas totalement se livrer au dépaysement. Sans le vouloir, cela crée une barrière et nous empêche de nous plonger complètement dans le voyage.

Seul on est plus disponible, plus ouvert à l’autre, au partage et à la découverte. On fait ainsi des tas de rencontres que l’on n’aurait jamais fait si l’on était deux, ou plus. L’ouverture et le regard à l’autre n’est pas le même, on est beaucoup plus ouvert à l’aventure réelle, à l’imprévu, à l’inattendu, à l’improbable.

Parce qu’on dit voyager seul, mais on ne l’est jamais complètement. Au contraire, on est toujours entouré. Rien que parce qu’on est seul, les gens viennent plus facilement vers nous et nous allons plus facilement vers eux. Cela devient même souvent difficile d’avoir des moments solitaires lorsqu’on les recherche !

Couleurs automne parc rando
Partir seule au Canada pour 2 ans

3. Vivre la liberté absolue

En voyageant seul, on façonne son voyage au fil des jours, de ses envies de son rythme, tel qu’on le veut : on rencontre des compagnons de route, dont on se sépare dès que les envies diverges. On aime un endroit, on y reste, on n’en aime pas un autre, on en part.

Tout est plus simple, on n’a même pas à se poser de question, on fait ce qu’on veut, comme on le veut et quand on le veut. On n’a aucune contrainte, aucune limite. Et nos décisions ne sont que plus facile à prendre seul : on ne suit que son envie, son instinct (ou parfois ses moyens).

4. Rentrer chez soi grandi

Voyager seul permet de se (re)découvrir sous un autre jour. On se rendre compte de certaines qualités et compétences insoupçonnées.

Et puis, On découvre un nouveau « soi ». On laisse derrière qui on était avant pour apprendre à se connaître vraiment, qui on est (et non les qualificatifs et cases dans lesquels on peut nous mettre au quotidien), ce que l’on aime, ce que l’on veut.

On comprend mieux comment être bien avec soi-même, ce qui est essentiel, car pour être bien avec les autres, il faut d’abord apprendre à être bien avec soi. Le voyage en solitaire permet donc ce travail personnel dont on sort toujours grandi.

Et finalement, le seul risque réel de partir seul, c’est de se retrouver dépaysé, transformé, et ne plus vouloir s’arrêter de voyager !


Et pour finir je vous laisse découvrir la vidéo dans laquelle je raconte pourquoi j’aime tant voyager seule :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *