plateau-cézallier-cantal-auvergne
Randonnée,  Récit d'aventure,  Récit de voyage

Micro aventure : La Porte du Cézallier

J’adore le concept de la micro-aventure, et dès que j’ai quelques jours de libre devant moi je n’hésite pas une seconde à partir en immersion dans la nature. Après vous avoir fait le récit de ma micro aventure dans le Parc naturel des boucles de la Seine, voici celui de ma randonnée aux portes du plateau du Cézallier. Une superbe randonnée de deux jours, à travers forêts, lac et villages typiques du Cantal.

Jour 1 – Chalinargues

C’est dans le petit village de Chalinargues que commence mon aventure. J’y laisse ma voiture, et j’enfile mon sac à dos, bien rempli pour ces deux jours de randonnée. Il faut dire que je m’apprête à dormir en bivouac, et que les nuits sont encore fraîches dans le Cantal au début de printemps.

La randonnée débute sous un grand soleil qui me ravit. Le sentier me fait passer à travers le superbe bois de la Pinatelle, entre pins et hêtres. Le sentier débouche alors sur le Lac du pêcher, site classé Espace Naturel Sensible. C’est un joli lieu pour y faire une pause au bord de l’eau.

Et si le temps est dégagé, le détour par le sentier de découverte autour du lac vaut la peine ! Il offre notamment une très belle vue sur les monts du Cantal.

Le chemin continue et plonge à nouveau dans le vaste bois de la Pinatelle, cette fois en direction du village de Cézérat. Je croise beaucoup de monde sur ma route à pieds ou en vélo, et même un chien (provenant probablement du village d’à côté), décide de me ternir compagnie un moment.

Je dépasse le village de Cézérat et remonte sur un plateau, en direction du bois du Chay. C’est là que je décide d’installer mon campement pour la nuit. Le bois est calme, dégagé et parfait pour y passer une nuit en bivouac. Après avoir installé mon campement, et avant de prendre un bon repas chaud, j’ai la chance d’assister à un très joli coucher de soleil. La nuit ne tombe pas encore très tard en ce moment, et je me couche assez tôt. J’ai marché environ quinze kilomètres cette première journée, et une autre bonne journée de marche m’attends le lendemain.

Jour 2 – Allanche

Je me réveille assez tôt, après une bonne nuit en immersion dans la nature, accompagné des hululements d’une chouette. Le soleil n’est pas au rendez-vous ce matin, et c’est sous un ciel couvert que commence cette deuxième journée de randonnée. Je petit-déjeune rapidement, range mon campement et commence à marcher.

J’arrive dans le joli bois de Roche Grande et grimpe à son sommet à 1150 mètres d’altitude, où la vue n’est malheureusement pas très dégagée. Puis j’attaque la descente en direction d’Allanche. C’est dans cette petite ville que je vais pouvoir me ravitailler. La promesse d’un croissant et d’un café bien chaud m’appelle, et je presse le pas.

C’est en arrivant près d’Allanche que les paysages de forêt laissent place aux grandes estives vallonnées. La ville d’Allanche marque clairement le début du plateau du Cézallier. Je croise alors vaches et chevaux qui broutent paisiblement. L’itinéraire passe ensuite par des fermes et des petits villages typiques, avant d’arriver de retour à Chalinargues.

Cette randonnée de deux jours aura été un bon moment de marche, pour me ressourcer et passer du temps en immersion avec la nature.

J’espère que le récit de courte randonnée vous aura donné envie de vous lancer vous aussi dans la micro-aventure ! Si c’est le cas, et si vous souhaitez faire cette randonnée, voici quelques informations pratiques qui vous aideront à la préparer.

Informations pratiques

Itinéraire : Randonnée en boucle, sur 33 kilomètres. Le dénivelé est assez facile, avec tout de même quelques bonnes montées. Le sentier alterne entre chemins de terre et route goudronnée (lorsqu’on passe dans les villages). Pas de passage très technique.

Balisage : La boucle peut se faire dans les deux sens, mais une seule direction est balisée par des panneaux (donc si on la fait dans l’autre sens, c’est un peu plus complexe pour trouver les panneaux). Il y a également à certains endroits des croix et traits orange, mais qui sont un peu effacés. Il est recommandé d’avoir la trace de cette randonnée sur son GPS ou sur une application sur son téléphone (la trace gpx de cette randonnée est disponible sur le site de Hautes Terres Tourisme).


Eau et nourriture : Ravitaillement en nourriture possible uniquement à Allanche (petite épicerie, boulangerie, boucherie…). On trouve de l’eau potable assez régulièrement dans les fontaines des villages (tels que Chalinargues, Maillargues et Mouret) Il est indiqué sur les fontaines si l’eau est potable ou non (si rien n’est indiqué, demandez aux gens sur place).


Hébergement : Possibilité d’hébergement à Allanche (hôtel) ou à Chalinargues (camping ou gîte d’étape « Bed and nature »). Ou alors, il y a l’option du bivouac. On trouve sur ce chemin beaucoup de lieux sauvages, notamment en forêt, où poser la tente !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *