produits naturels
Équipement & Préparation,  Voyage & Environnement

La trousse de toilette d’une voyageuse au naturel

Voilà plusieurs années que j’essaie petit à petit de changer les produits industriels de ma trousse de toilette pour des produits naturels. Après de nombreux essais en tout genre et avec la problématique de tout faire rentrer dans une petite trousse de toilette de voyageuse, j’y suis aujourd’hui presque arrivé ! Je n’utilise plus aucun produit d’hygiène de supermarché. Je fais désormais mes propres produits ou bien j’achète des produits les plus simples possibles dans des magasins spécialisés.

Et pour connaitre le contenu de ma trousse de toilette minimaliste que j’emmène avec moi en randonnée, c’est dans cet article ici !

Shampoing

Concernant le shampoing, j’ai réellement fais des tas d’essais non concluants et j’ai très souvent été à deux doigts de laisser tomber l’affaire et de continuer à acheter des shampoings liquides basiques. Ayant des cheveux qui deviennent gras très rapidement (souvent tous les jours ou au bout de deux jours), je voulais essayer d’espacer mes shampoing pour enfin avoir la paix et arriver à ne me les laver qu’une seule fois par semaine. Le rêve quand on vit une vie de nomade !

J’ai donc essayé diverses choses pour y arriver, en vain. Simplement espacer mon shampoing liquide n’a jamais marché. Passer les cheveux à l’eau avec du bicarbonate de soude non plus. Utiliser le savon de Marseille ou le savon d’Alep comme shampoing n’a pas été une grande réussite. Me laver les cheveux avec des œufs (oui, oui les œufs nettoient vraiment !) m’a écœuré à cause de l’odeur, malgré mes différentes tentatives de masquer l’œuf avec du citron ou des huiles essentielles.

Puis j’ai finalement appris à faire mon propre shampoing liquide et j’ai trouvé la recette adéquate pour crée un shampoing simple qui me convenait. Mais il me fallait toujours me laver les cheveux tous les deux jours. Je suis alors passée au shampoing solide, très pratique pour le voyage. L’inconvénient des shampoing solides, c’est qu’ils requièrent, pour solidifier, d’utiliser forcément un tensioactif, le Sodium Coco Sulfate. Ce tensioactif est un nettoyant plus doux que ceux utilisés dans les shampoings industriels (comme le fameux Sodium Lauryl Sulphate, à fuir absolument), mais qui reste tout de même un peu nocif pour les cheveux.  

→ Je vous invite vivement à lire cet article sur les tensioactifs si vous voulez comprendre ce que c’est et en quoi certains sont plus « agressifs » que d’autres pour le cuir chevelu.   Après toutes ces tentatives et plusieurs découragements, j’ai finalement compris que si je voulais arriver à espacer mes shampoings et rééquilibrer mon cuir chevelu (pour qu’il ne crée pas d’excès de sébum rendant mes cheveux ultra gras), il fallait que j’arrête complètement d’utiliser les shampoings avec des tensioactifs.

Les plantes ayurvédiques et les shampoings secs

J’ai alors découvert le « shampoing sec ». Pas celui vendu dans les supermarché par les marques habituelles. Non, tout simplement de la poudre à mettre dans ses cheveux qui absorbe le surplus de sébum qui rend les cheveux gras. Cela fonctionne bien, et l’énorme avantage, c’est qu’il n’y a pas besoin d’eau pour l’appliquer ! C’est donc pratique en voyage (parce que me laver les cheveux dans un bac d’eau faute d’avoir une douche, je l’ai souvent fait, et c’est vraiment pas simple !).

Alors qu’est-ce que je mets dans ce fameux shampoing sec ? Rien de plus simple. Une poudre naturelle que vous trouverez dans le rayon de la nourriture du supermarché : de l’amidon de maïs. Oui,oui. L’amidon absorbe le sébum super bien et est idéal pour mes cheveux fins. Le seul problème, c’est que la poudre étant blanche, il faut prendre un certain temps pour bien l’appliquer sur tout le crâne puis bien peigner les cheveux pour répartir la poudre partout et éviter d’avoir le crâne tout blanc !

En plus de l’amidon de maïs, j’y ajoute de la poudre d’orange. Cette poudre tonifie et renforce le cuir chevelu tout en rendant les cheveux plus doux et plus brillants. Je fais le mélange moi-même (2/3 d’amidon de maïs 1/3 de poudre d’orange) que je conditionne dans un petit pot en plastique car la poudre est très volatile. Vous pouvez choisir de changer les ingrédients comme vous le souhaitez ou même tout simplement de n’utiliser que de l’amidon de maïs.

Mais vous allez me dire, la poudre sèche dans les cheveux, ça absorbe le sébum, certes, mais ça ne nettoie pas réellement. Tout juste. C’est pourquoi le shampoing sec me sert surtout à espacer mes shampoings. En complément, j’utilise de la poudre de plantes ayurvédiques. Ces poudres de plante servent à faire des shampoings ou compléments de shampoing. Certaines s’utilisent sèchent comme la poudre d’orange, d’autres doivent se mixer avec de l’eau et s’appliquent sur les cheveux déjà mouillés.

Il existe de très bonnes poudres que j’utilise souvent, tel que la poudre de Shikakaï, la poudre de Reetha ou bien la poudre de Rhassoul. Entièrement naturelles, elles ont de très nombreuses propriétés pour les cheveux : favorisent la pousse des cheveux, diminuent la formation des pellicules, démêlent, redonnent de la brillance et de la force aux cheveux. Bref, que du positif ! Pour vous procurer ces poudres ayurvédiques et découvrir les toutes celles qui existent je vous invite à aller sur la boutique d’Aroma zone.

Déodorant

J’ai longtemps pensé que changer mon déodorant allait être compliqué. J’avais regardé différentes options, sans être convaincue. La pierre d’alun notamment, recevait des avis très divergents. Bien que naturelle, elle agirait plus comme un anti-transpirant (bloquant les pores de votre peau, et donc ne la laissant pas respirer comme il le faut), plus que comme un véritable déodorant. Et puis, un jour, ma sœur me fait découvrir cette recette de déodorant maison entièrement naturel, et super simple à faire. Et puis, surtout, véritablement efficace. Depuis, je ne peux pas m’en passer, c’est le déodorant qui me convient parfaitement : je transpire moins, sans aucune odeur, et il m’arrive même de ne pas avoir à en mettre tous les jours !

Pour connaitre ma recette miracle, rendez-vous dans cet article ou je vous dit tout !

Savon

Rien ne vaut un bon savon de Marseille. Mais attention, un véritable ! L’appellation « Savon de Marseille » n’étant absolument pas contrôlée, n’importe quelle marque de savon peut appeler ainsi son produit, même s’ils y rajoutent de nombreux ingrédients et produits chimiques.

Un bon savon de Marseille ne doit contenir rien d’autre que des huiles végétales (Sodium Olivate et/ou Sodium Palmate et/ou Sodium Cocoate), de l’eau (aqua), du sel (sodium chloride) et de la soude (sodium hydroxyde). Ils se présente sous forme carrée, de couleur brune s’il est fait avec de l’huile d’olive (Sodium Olivate) ou blanche s’il est fait avec d’autres huiles (comme l’huile de Palme -sodium Palmate-, qui est moins conseillé car moins bon pour l’environnement !). De plus, en choisissant ainsi un savon de Marseille totalement naturel, pas besoin de vous équiper des fameux « savon biodégradables » vendus souvent très cher dans les magasins de camping et équipement sportif. Étant naturel, le savon de Marseille est tout aussi biodégradable.      

→ A noter : J’aimerais aussi ici faire la grande différence entre biodégradable et « bon pour la nature » : Un savon biodégradable n’est pas bon pour l’environnement dans lequel vous le déversez, et non ! Contrairement à ce que l’on essaie de nous faire croire, le fait qu’il soit biodégradable indique seulement qu’il est naturel et donc qu’il ne va pas créer de déchet chimique. Ce qui est très bien, mais toutefois, il faut éviter de verser votre eau savonneuse n’importe où si vous le pouvez. Car votre savon biodégradable est souvent fait à partir de produits qui ne sont pas faits pour être déversés dans l’environnement où vous vous trouvez.

Mêmes naturels, les produits biodégradables vont s’infiltrer dans le sol et perturber la faune et la flore qui n’est pas habituée à recevoir ce type de produit. Je ne veux pas paraître négative pour les produits biodégradables et naturels, bien au contraire, c’est le mieux que l’on puisse faire lorsqu’on est en randonnée dans la nature. Mais je souhaite juste vous tenir informé, et vous inviter, quand c’est possible, à déverser votre eau savonneuse loin des cours d’eau par exemple.    

Le Savon d’Alep est lui aussi un très bon savon naturel et je l’utilisais avant. Cependant, il est souvent un peu plus cher que le savon de Marseille, et il n’est pas aussi facile de savoir si c’est un véritable Savon d’Alep ou non car la plupart du temps les ingrédients n’y sont pas indiqués. Un savon d’Alep naturel ne doit contenir que de l’eau, de la soude, de l’huile d’olive et de l’huile de baie de laurier (Laurus nobilis).  

Véritable savon d’Alep, dont l’intérieur est vert

→ Astuce : Il est très utile d’apprendre à lire les ingrédients des produits que vous achetez. Cela permet de savoir ce qui se trouve dans le produit, et s’il est réellement naturel ou non. Plus la liste est longue et plus elle est, souvent, à fuir. Un savon naturel ne doit pas avoir plus de 5 ingrédients (sauf si ce sont des huiles essentielles ou autres produits naturels). Ne vous faites pas avoir non plus avec l’appellation « issue de l’agriculture biologique ». Ce n’est pas parce qu’un produit est bio qu’il est sain et bon pour la peau/les cheveux. Il existe aussi le savon « magique » du Dr Bronner qui pourrait apparemment servir à quasiment tout: laver vos vêtements, votre vaisselle, votre corps, vos cheveux et vos dents ! Je ne peux pas parler de son efficacité car je ne l’ai jamais essayé. Tout ce que je sais c’est que j’avais lu les ingrédient d’un tel savon (il existe différents parfums) et ils sont 100% naturels, donc aussi biodégradables !

Crème hydratante

Cela fait déjà longtemps que je n’utilise plus qu’une seule crème hydratante pour mon visage et mon corps entier. Je n’ai pas une peau très exigeante, mais je pense aussi qu’on essaie de nous faire croire que l’on a besoin de mille et une crèmes pour chaque partie du corps, ou selon l’heure de la journée juste pour nous faire consommer plus. Mon produit 100% naturel et 100% efficace pour hydrater ma peau, c’est l’Aloe Vera. J’achète du gel pur (attention à tous les produits à l’Aloe Vera qui contiennent des tas d’autres ingrédients dedans). Si vous ne voyagez pas, vous pouvez aussi opter pour acheter une plante d’Aloe Vera chez vous, et couper ses feuilles fraîches lorsque vous en avez besoin. L’Aloe Vera hydrate vraiment très bien la peau. Je le mixe en général avec une huile végétale que j’ai sous la main (jojoba, abricot…) et une huile essentielle (qui dépend de mes besoin : Tea tree si j’ai des boutons, Petitgrain Bigarade pour tonifier ma peau…). Le petit plus, c’est que si vous prenez des coups de soleil, l’Aloe Vera est aussi super bien à utiliser comme crème après-solaire.

Dentifrice

Je suis très longtemps restée avec un dentifrice classique. Car en voyage, on ne mange pas toujours comme notre corps en à l’habitude et je ne voulais pas courir le risque d’avoir des caries. Depuis peu cependant, je teste le dentifrice fait maison, à base tout simplement d’argile verte, d’eau et d’huile essentielle de menthe poivrée. Je n’ajoute pas de bicarbonate de soude, car l’argile est déjà assez abrasive je trouve. Toutefois, une fois par semaine j’utilise le bicarbonate pur avec un peu d’eau pour me laver les dents. Je sais aussi que certains utilisent aussi de l’huile essentielle de Tea Tree à la place de la Menthe poivrée, mais apparemment le goût est très fort et je n’ai pas osé essayer.  

Après cette première expérience, j’ai décidé finalement d’opter pour un dentifrice maison en poudre, encore plus simple à réaliser et à transporter. Je vous donne sa recette et vous raconte tout sur ce dentifrice dans cet article ici.

Dentifrice maison à l’argile verte

Démaquillant

Comme je me maquille désormais très peu, je n’utilise pas souvent de démaquillant. Quand cela m’arrive, j’utilise alors de l’huile de coco pour démaquiller, c’est efficace, naturel, et simple. Quand je me maquillais un peu plus je faisais un mélange d’eau de chaux et d’huile végétale (n’importe laquelle, même de l’huile d’olive peut faire l’affaire). Je mélange moitié moitié d’eau de chaux à l’huile et je secoue fort le récipient. Cela crée un très bon démaquillant doux et agréable pour la peau (surtout pour les yeux je trouve). En général, il faut le secouer à nouveau avant chaque utilisation.

Masque pour le visage

Ayant une peau qui devient grasse ou fait des boutons facilement dès qu’elle change d’environnement et ne respire pas assez (en ville ou dans les pays tropicaux notamment), je me fais parfois des masques permettant de nettoyer tout en douceur mon visage. Mon masque est tout simplement constitué d’une base d’argile verte, mélangée avec un peu d’eau, de l’huile végétale (jojoba, pépin de raison, abricot…) et de quelques gouttes d’huile essentielle de lavande et de tea tree. Il existe de très nombreuses recettes naturelles et faciles pour confectionner des masques adaptés aux besoins spécifiques de votre peau, que vous pourrez trouver ici.

Beurre solaire

Je réalise également ma crème solaire maison, que j’ai pu tester pendant 3 mois sur le Chemin de Compostelle, et je dois dire que j’en suis très satisfaite. Retrouvez sa recette et tout ce dont vous avez besoin de savoir pour réaliser votre beurre solaire maison dans cet article ici.

Mes premiers produits naturels commandés chez Aroma Zone

4 commentaires

  • Antoine

    Ton point sur le shampoing est vraiment intéressante…
    Cela dit, d’après mon experience, l’excès de sébum n’est du que au shampoing chimique… Ca va faire 5 ans (le 1er janvier) que je ne me lave plus les cheveux au shampoing. J’ai commencé avec no-poo (bicarbonate et vinaigre) et depuis un peu plus d’1 an, je n’utilise plus que de l’eau. Comme toi, j’ai les cheveux qui graisse vite et franchement je n’ai pas observé de grosse différence entre les fréquence de lavage… C’est toujours tous les 2 jours pour qu’ils soient beaux. 🙁
    Le seul avantage de ne plus utiliser de shampoing pour moi, c’est le cout, le fait de pouvoir se laver les cheveux facilement partout et clairement la douceur de mes cheveux…
    Cela dit, je suis curieux de savoir si chez toi ce sera différent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *