st jacques de compostelle randonnée
Chemin de Compostelle,  Randonnée

Comment gérer le retour, une fois arrivé à Compostelle ?

Avant de partir sur le Chemin de Compostelle, on pense souvent que le plus dur, se sont les premiers pas. Pourtant, une fois avoir atteint Saint-Jacques de Compostelle, le retour chez soi n’en est pas moins évident. Comment gérer ce retour ? Voici quelques pistes qui m’ont été utile, lorsque j’ai dû vivre ce passage qui n’a pas été facile pour moi.

Avant tout, je tiens à préciser que je recommande vivement de prendre quelques jours une fois arrivé à Compostelle, afin de pouvoir atterrir et vraiment réaliser ce que l’on vient d’achever. Selon moi, il est idéal de prendre ce temps pour marcher jusque Fisterra ou jusque Muxia. J’en parle de manière plus détailler dans cet article : Après Compostelle : Poursuivre le Chemin jusque Fisterra et Muxia

Sur le plan physique 

Au retour, il arrive très souvent d’éprouver un besoin de remarcher, d’être en mouvement. Notre corps s’est en effet habitué à marcher tous les jours, et l’arrêt soudain est parfois perturbant, voire désagréable.

💟 Beaucoup réintroduisent ainsi la marche régulière dans leur quotidien. On peut aussi rejoindre des clubs de randonnée dans sa région pour se motiver à aller randonner plus souvent.

D’autres repartent sur une autre aventure de marche, sur les chemins de Compostelle ou vers d’autres destinations. Cela a été mon cas en partant sur la Grande traversée du Jura, juste après être rentrée de Saint-Jacques de Compostelle.

Sur le plan social

La réadaptation sociale est parfois difficile au retour. Il peut y avoir un sentiment de décalage, voire d’incompréhension de la part ses proches. On peut également se sentir soudainement très seul, dû au fait d’avoir quitté tous les amis rencontrés en route. En effet, on crée très souvent des amitiés fortes en chemin et il n’est ap toujours évident de laisser aller ces personnes.

💟 Certains font en sorte de retrouver leurs amis rencontrés sur le chemin : en restant en contact régulier avec eux, ou bien en se rencontrant de nouveau quand cela est possible. On peut en effet se déplacer pour passer du temps ensemble, voire même se retrouver pour repartir sur d’autres aventures ! Ca a été mon cas également, en repartant marcher avec des amis du Chemin, pendant 2 semaines sur le Chemin de Stevenson.

Sur le plan moral 

Lorsqu’on rentre chez soi, à sa réalité d’avant chemin, on peut se confronter à des choses difficiles. Il peut arriver d’avoir des symptôme de dépression, ou avoir l’impression de tourner en rond. On ressent parfois un grand vide, comme si notre réalité ne nous correspondait plus du tout. On ne se sent alors plus du tout en adéquation avec son quotidien d’avant.

A l’inverse, on peut éprouver une sensation de plénitude. Le retour est vécu de manière positif, face à tous ces souvenirs merveilleux que l’on a vécu. Chérir ce que l’on a vécu et éprouver beaucoup de gratitude vis à vis de cette expérience enrichissante.

💟 Pour aller de l’avant, il est important de se lancer dans des projets qui nous tiennent à cœur. On peut très bien continuer le chemin, le faire perdurer en nous, à travers projets : devenir hospitalier bénévole, adhérer à une association jacquaire locale, partager son expérience du chemin à travers un album photo, un blog…

Pour ma part, je ne vous cache pas que de réaliser des vidéos sur le thème de Compostelle sur ma chaîne YouTube a vraiment été pour moi un moyen de prolonger mon chemin, en partageant autour de moi mon expérience.

Le chemin de Compostelle peut également être un grand déclic. Au retour, on peut alors être déterminé à changer drastiquement des choses dans sa vie. Notre expérience nous permet de prendre des décisions pour changer. On peut en effet revenir à une vie bien plus proche de ce que l’on souhaite réellement, de nos valeurs profondes : cela peut être un déménagement, un changement d’emploi, une réorientation professionnelle, ou même tout quitter pour vivre autrement ! 


Mais si le retour est souvent difficile, c’est bien parce que ce que l’on a vécu sur le Chemin nous est précieux, et que l’on en revient toujours grandi. Et même si le retour peut paraître douloureux sur le moment, on se rend vite compte, lorsqu’on continue à aller de l’avant, que le chemin fera une partie intégrante de nous, et ce surement pour toute notre vie.

Et pour finir voici une vidéo complète sur le sujet :

2 commentaires

  • Koch Antoine

    Bonjour c’est de nouveau Antoine Koch je vous conseille d’aller faire la grande traversée des Vosges à pied vous pouvez partir de Wissembourg dans le bas Rhin emprunter le GR53 jusqu’à arriver à une montagne très connu dans les Vosges qui culmine à 1009 mètres appeler le Donon il y a un temple romain au sommet une fois arrivé au Donon vous pourrez emprunter le GRE2 plus connu sous le non de GR5 qui longe la frontière entre l’Alsace et la Lorraine
    sans quitter le GR vous arriverez ensuite dans les Vosges du sud vous irez jusqu’au grand ballon plus haut sommet des Vosges 1424 m
    et vous arriverez ensuite au ballon d’Alsace qui se trouve à la frontière de la Franche comté et de l’Alsace vous descenderez ensuite jusqu’à Belfort et une fois à Belfort vous pouvez vous dire que vous avez vu toute les Vosges !
    Cela fait plus de 400 km et entre 15 et 20 jours de randonnée!

    • Suzanne - L'instant Vagabond

      Bonjour Antoine ! Merci beaucoup pour ton commentaire ça fait plaisir de lire que vous aussi vous aimez la randonnée longue distance 🙂 Au plaisir et bonnes randonnées à vous !

Répondre à Koch Antoine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *